Idées reçues sur les traitements des durillons



Traitements durillons : idées reçues

Certaines idées reçues sur les traitements des durillons sont facilement véhiculées. En raison de la confusion avec les cors, œils-de-perdrix ou verrues plantaires, il n’est pas évident de savoir quel est le bon traitement contre les durillons.

Le traitement de cette atteinte fréquente et bénigne du pied est pourtant relativement aisé et ne demande qu’attention et régularité. Découvrez quelques-unes des idées reçues sur les traitements des durillons avec EPITACT®.

 

• Idée reçue sur les traitements des durillons n°1 : Retirer un durillon est très douloureux.

Un durillon peut s'enlever facilement, et ce, sans douleur ! Contrairement aux cors qui atteignent les couches profondes de la peau, le durillon n’affecte que ses couches superficielles. L’épaississement de la peau sur cette zone est remédiable mais son élimination nécessite un peu de patience… Ne soyez pas trop pressé(e), et allez-y doucement sur le ponçage, sans quoi vous risqueriez de vous renforcer le phénomène d’hyperkératose ou de vous blesser.

En effet, retirer mécaniquement soi-même un durillon avec les ustensiles disponibles à la maison est loin d’être recommandé… Préférez toujours consulter un pédicure-podologue qui dispose des connaissances et outils adaptés à un retrait facile, rapide et indolore du durillon . Ainsi, le fait d’éliminer un durillon n’implique pas de douleurs si les bons gestes sont prodigués.

En attendant, certaines solutions EPITACT® à porter ponctuellement pourront vous soulager des douleurs liées aux durillons. Ainsi, les protections durillons* ou les coussinets discrets* s’insèrent discrètement dans vos chaussures ouvertes ou fermées. Pour la pratique sportive, une protection spécifique* permet un confort optimisé lors de vos entraînements.

 

• Idée reçue sur les traitements des durillons n°2 : Poncer régulièrement la peau élimine les durillons.

Contrairement à ce que beaucoup pourraient croire, poncer trop régulièrement ses pieds provoque l’effet inverse à celui escompté. En effet, même si le ponçage est délicat, il ne faut pas le pratiquer sur une base quotidienne et pour cause : cela favorise l’hyperkératose  ! L’hyperkératose est une réaction naturelle et mécanique qui se déclenche en cas de sollicitation intense ou répétée de la peau. Pour se protéger, la couche cornée (en surface) s’épaissit davantage pour créer un véritable bouclier.

De plus, poncer trop régulièrement ses pieds peut causer un phénomène douloureux et provoquer de l’inconfort, notamment durant la marche. Si le durillon est déjà présent, son élimination par ponçage ne doit pas être déraisonnée. Auquel cas, le pied est soumis à des irritations, des douleurs, voire à des risques de récidive.

Ceci peut également s’appliquer en cas de cors aux pieds situés sur les orteils. Pour protéger l’avant-pied des durillons et les orteils des cors douloureux, EPITACT® propose le protège-pointes plantaires et orteils*.

 

• Idée reçue sur les traitements des durillons n°3 : La récidive est systématique.

Heureusement, ce n’est pas le cas ! Le meilleur moyen d’éviter la réapparition du durillon est d’identifier sa/ses cause(s), qui peuvent être propres à chacun. En effet, soigner un durillon c’est bien, mais le traiter définitivement, c’est mieux !

Vous pouvez ensuite limiter ce risque de récidive par quelques moyens plutôt simples de prévention. Par exemple, préférez des chaussures dotées de bonnes semelles qui améliorent vos appuis et limitent les pressions excessives sous le pied. Pensez aussi à poncer délicatement vos pieds et avec une fréquence modérée pour retirer en douceur les peaux sèches. EPITACT® propose ainsi une pierre ponce enrichie aux huiles essentielles qui assainit et retirent en douceur les peaux mortes. Enfin, on ne le dira jamais assez, hydratez vos pieds sur une base régulière, idéalement quotidienne pour une prévention profitable.

 

• Idée reçue sur les traitements des durillons n°4 : Hydrater ses pieds quotidiennement empêche les durillons.

Nous l’avons dit, l’hydratation des pieds est une action préventive ! Si la peau est nourrie au quotidien, vous favorisez sa souplesse et limitez naturellement le risque de formation des durillons. Cette solution est également complémentaire à l’utilisation d’une pierre ponce ou d’une lime qui retirent délicatement les peaux mortes. La crème pieds secs et abîmés d’EPITACT® agit en ce sens en assouplissant et en hydratant la surface de la peau. De quoi retrouver agréablement une peau bien hydratée pour vous protéger de ces vilaines callosité s !

 

• Idée reçue sur les traitements des durillons n°5 : Une orthèse fait partie des traitements curatifs des durillons.

Très efficaces, les protections spécialement conçues pour protéger des durillons apaisent les douleurs et limitent le développement ou la réapparition du durillon . Les orthèses ou protections en silicone font donc partie des traitements palliatifs et préventifs des durillons.

EPITACT® a décliné sa gamme de solutions spéciales durillons pour correspondre à chaque besoin et chaque personne. Pour parfaire l’éventail de protections pour durillons, EPITACT® a créé des orthèses dont l’action est focalisée sur la plante du pied.  Comme les durillons causent des douleurs plantaires, les coussinets plantaires* et COMFORTACT™ PLUS* amortissent les pressions et limitent les frottements. Enfin, le protège-pointes plantaires* protège l’intégralité de l’avant-pied des callosité s en apportant simultanément de la chaleur aux extrémités.

 

• Idée reçue sur les traitements des durillons n°6 : Le retrait définitif du durillon passe par la chirurgie.

Traiter un durillon ne nécessite pas souvent d’intervention chirurgicale. Votre pédicure-podologue retirera simplement cet amas de corne à l’aide d’outils appropriés. Cependant, la présence d'une déformation du pied associée peut compliquer les traitements des durillons. Le durillon peut en effet être lié à un hallux valgus ou à des orteils en griffe/ marteau par exemple. Le cas échéant, et selon le stade de ces éventuelles pathologies, la chirurgie peut alors être indiquée.

Sinon, d’autres solutions EPITACT® alternatives pourront apaiser ces douleurs localisées en cas de malformations associées aux durillons. Parmi celles-ci, l’orthèse corrective* et les coussinets double protection* soulagent simultanément les douleurs causées par les durillons et l’hallux valgus . Aussi, les chaussons double protection* apaisent l’ensemble des douleurs de l’avant-pied (durillons, hallux valgus , orteils en marteau notamment). 

 

Ces idées reçues sur les traitements des durillons sont légitimes mais néanmoins réfutables. Pour éviter les douleurs et les complications possibles des durillons comme les infections, un soin sérieux et adapté s’impose. En éliminant leur(s) cause(s), en combinant hydratation/ponçage et en s’équipant des bonnes protections, vous pouvez dire adieu à vos durillons !

Découvrez plus de précisions sur les causes des durillons et les moyens de les prévenir et de les soulager durablement avec EPITACT®.

 

*Ces solutions sont des dispositifs médicaux de classe I, qui portent au titre de cette réglementation le marquage CE. Lire attentivement la notice avant utilisation. Fabricant : Millet Innovation. 09/2021

Partager cet article sur

ARTICLES CONNEXES

Durillon : symptômes & diagnostic

Comment reconnaître un durillon parmi tous les petits désagréments qui touchent nos petons ? Quels sont ses symptômes et comment le diagnostiquer ?