Les traitements de la tendinite de De Quervain



Les traitements de la tendinite de De Quervain

Des traitements conservateurs aux traitements chirurgicaux, les options thérapeutiques de la tendinite de De Quervain sont nombreuses. Cette tendinopathie étant évolutive, sa prise en charge peut être différente selon son stade de développement. À chaque cas son traitement !

La tendinite de De Quervain traduit tout simplement l’atteinte des tendons du pouce et de la gaine synoviale . Cette atteinte résulte principalement de contraintes répétées au niveau du poignet et du pouce.

Médicaments, repos, orthèse , chirurgie… Quel traitement pour la tendinite de De Quervain ? Quelle efficacité ? EPITACT® vous éclaire sur les alternatives thérapeutiques de cette tendinite du pouce et du poignet.

 

Les traitements conservateurs de la tendinite de De Quervain

Lutte contre les facteurs favorisants

La cause la plus fréquente d’une tendinite de De Quervain est la répétition de mouvements contraignants du pouce et du poignet. Tant qu’ils ne sont pas arrêtés ou optimisés, le risque d’apparition ou de récidive de la pathologie reste donc présent. Découvrez-en plus sur les causes de la tendinite de De Quervain et les solutions pour la prévenir.

Mise au repos

L’une des premières solutions applicables en cas de douleurs au poignet est la mise au repos de l’articulation . Comme la tendinite de De Quervain survient par des gestes récurrents provoquant des microtraumatismes, ceux-ci doivent immédiatement être évités. Pour cela, le port d’une orthèse d’immobilisation est une solution appropriée.

L’objectif d’un tel dispositif est de limiter les compressions et les frottements sur la zone de l’inflammation. Cela limite notamment les frictions des deux tendons du pouce avec la gaine synoviale .

Avec ce type d’orthèse , l’intérêt est de placer le poignet et le pouce dans une position neutre. Il s’agit aussi d’immobiliser le pouce pour éviter que le court extenseur coulisse et accentue les frottements. EPITACT® a spécifiquement conçu l’orthèse rigide de repos QUERV’IMMO™* pour préserver et soulager le pouce et le poignet sans mettre de pression sur la zone douloureuse.

En prévention ou pour les tendinites de De Quervain débutantes, une orthèse souple peut vous être indiquée(1). L’orthèse QUERV’ACTIV™* d’EPITACT® vous permet de rester actif tout en limitant les micromouvements traumatiques de la zone affectée. Contrairement aux orthèses rigides, ces dispositifs accompagnent le mouvement sans le limiter pour plus de liberté.

À noter cependant que les orthèses ne suffisent pas à guérir, seules, une tendinite de De Quervain. Même si elles sont complémentaires et sécurisent le poignet, leur utilisation nécessite effectivement un/des traitement(s) complémentaire(s). Si vous souffrez d’une tendinite de De Quervain, le choix d’un traitement approprié à votre cas ne sera possible qu’après consultation d’un professionnel de santé.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens

Ce traitement médicamenteux est fréquent dans le schéma thérapeutique de la tendinite de De Quervain. Il réduit l’inflammation et donc soulage la douleur. Utilisés seuls, les AINS ne seraient pas efficaces pour guérir de la tendinite de De Quervain(2). Il convient donc, là aussi, de les utiliser en complément d’autres traitements conservateurs. L’association AINS/orthèse s’est révélée bénéfique chez 88 % des cas légers et 32 % des cas avancés(3).

Infiltrations de corticoïdes

Les infiltrations de corticoïdes au niveau de la tabatière anatomique sont fréquemment prescrites contre cette pathologie . Une fois de plus, ce traitement s’utilise de manière concomitante au port d’une attelle pour une diminution pérenne de la douleur.

Traitements physiques

Plusieurs traitements physiques sont pratiqués, notamment l’usage d’ultrasons.

Les ultrasons à longues ondes aident à réduire l’œdème du poignet, symptôme secondaire de la tendinite de De Quervain.
Les ultrasons à ondes courtes apaisent quant à eux l’inflammation.
Enfin, les ionisations réduisent la douleur, contrôlent l’œdème et aident à la guérison des tissus mous(1).

Rééducation

La rééducation, souvent peu suivie, est pourtant favorable contre la tendinite de De Quervain.

Des massages et le drainage de la zone par l’application de chaud et de froid soulagent l’inflammation. La cryothérapie entre d'ailleurs dans cette catégorie d'outils thérapeutiques. L’usage de crèmes ou gels anti-inflammatoires topiques atténue aussi les symptômes(1).

La rééducation dans le traitement de la tendinite de De Quervain comprend également des exercices d’étirement des muscles du pouce. Il s’agit plus précisément d’étirer les deux tendons des muscles du pouce et le pronator teres situé dans l’avant-bras.

Enfin, des exercices de renforcement musculaire pour les muscles opposés aux mouvements de pronation et d’abduction du poignet peuvent être préconisés(4).

 

Les traitements chirurgicaux de la tendinite de De Quervain

Dans certains rares cas, la tendinite de De Quervain guérit spontanément, sans traitement médical ou chirurgical. Cependant, dans la majorité des cas, un traitement médical suffira à traiter la pathologie . Si les symptômes persistent ou si l'on observe une récidive après la reprise des activités, l'opération chirurgicale s'envisagera. L’intervention nécessite une anesthésie locorégionale et s'effectue en ambulatoire . Elle consiste à sectionner le rétinaculum des extenseurs pour libérer les tendons du pouce(1). À noter qu’une intervention chirurgicale n’est jamais sans risque ; les complications liées à l’anesthésie, à la cicatrisation ou à une infection restent possibles. 

 

*Ces solutions sont des dispositifs médicaux de classe I, qui portent au titre de cette réglementation le marquage CE. Lire attentivement la notice avant utilisation. Fabricant : Millet Innovation. 09/2021

 

Sources :

(1)Nguyen, Aurore, Sandrine Jousse-Joulin, et Alain Saraux. 2012. « Ténosynovite de De Quervain ». Revue du Rhumatisme Monographies 79 (2): 7884. https://doi.org/10.1016/j.monrhu.2011.09.003.

 (2)Ritchie, C. A., et W. W. Briner. 2003. « Corticosteroid Injection for Treatment of de Quervain’s Tenosynovitis: A Pooled Quantitative Literature Evaluation ». The Journal of the American Board of Family Medicine 16 (2): 1026. https://doi.org/10.3122/jabfm.16.2.102.

(3)Lane, L. B., R. S. Boretz, et S. A. Stuchin. 2001. « Treatment of De Quervain’s Disease: Role of Conservative Management ». Journal of Hand Surgery 26 (3): 25860. https://doi.org/10.1054/jhsb.2001.0568.

(4)Gerlac, Denis. 2015. « Ténosynovite de De Quervain : une nouvelle approche rééducative ! » Kinésithérapie, la Revue 15 (162): 7076. https://doi.org/10.1016/j.kine.2015.03.006.

Partager cet article sur

ARTICLES CONNEXES