Les traitements de la lombalgie



Traitements de la lombalgie

En cas de douleurs dans le bas du dos, on se trouve souvent démuni(e), ne sachant quoi faire pour soulager l’inconfort. Pourtant, sa prise en charge se base souvent sur l’auto-gestion et la rééducation, au plan physique, psychologique ou encore socio-professionnel. L’intérêt porté aux traitements de la lombalgie est considérable. Cependant, les multiples outils thérapeutiques nécessiteraient une plus grande visibilité vis-à-vis des patients atteints d’une lombalgie . Voici donc quelques pistes pour y voir plus clair !

En amont du traitement, l’évaluation de la douleur est capitale. En fonction de son intensité, si elle survient plutôt le jour, la nuit, à l’effort ou au repos, l’hypothèse du diagnostic est plus précise et le traitement plus adapté(1).

 

Quel traitement pour la lombalgie commune aigüe ?

Si vous souffrez soudainement de douleurs intenses au bas du dos, la consultation ne doit pas attendre !

Ce premier rendez-vous est l’occasion pour le professionnel de santé de rechercher la présence éventuelle de « drapeaux rouges ». Il s’agit de signes visant à orienter le diagnostic vers une pathologie sous-jacente de type infectieuse, neurologique, etc.(2).  Lorsqu’une pathologie est décelée et la cause identifiée, le traitement cible alors en priorité cette maladie. Nous n’aborderons pas ici les traitements des lombalgies spécifiques, trop nombreuses pour nous concentrer sur les lombalgies aigües communes.

Dans ce cas, le traitement se base principalement sur la prise d’antalgiques. Il s’agit de paracétamol allié à des anti-inflammatoires non stéroïdiens. Au bout de 2 à 4 semaines, on demande au patient de revenir pour réévaluer ses douleurs(2). Si celles-ci persistent, on recherchera plus activement la présence de « drapeaux jaunes ». Il s’agit, cette fois, de signes de chronicisation de la lombalgie qui impliquent la mise en place d’un traitement pluridisciplinaire. Ces signes peuvent être socio-professionnels ou personnels (anxiété, insatisfaction au travail, humeur dépressive ou comportements d’évitement de la douleur par exemple). Si leur présence est avérée, le traitement s’oriente alors sur les facteurs de chronicité de la lombalgie , alors qualifiée de chronique.

À noter qu’on recense aussi les « drapeaux bleus ». Ces derniers traduisent le bien-être et le ressenti au travail. Enfin, les « drapeaux noirs » sont relatifs à l’entreprise, au système de soins. Ceux-ci sont principalement recherchés si le patient multiplie ou prolonge ses arrêts de travail au-delà de 4 semaines(2).

 

Quels traitements pour la lombalgie commune chronique ?

Dans la lombalgie chronique, l’objectif thérapeutique est donc de plusieurs ordres. Outre le soulagement de la douleur, on vise particulièrement la reprise d’activité(1).

 

En première intention

Contrairement aux idées reçues, le repos prolongé n’est pas recommandé mais contre-indiqué en cas de lombalgie chronique ! Le traitement de la lombalgie commence par la reprise d’activité, qu’elle soit quotidienne, sportive ou professionnelle. Cela améliore l’état de santé du patient, casse l’isolement et limite le risque de récidive(2).

La kinésithérapie est aussi envisagée rapidement. Elle permet d’accompagner le patient dans la reprise de ses activités, en le faisant participer activement à quelques exercices. Ceux-ci peuvent être réalisés en cabinet avec le kinésithérapeute mais aussi à la maison ! Vous pouvez dès lors pratiquer de simples exercices d’étirement et de renforcement musculaire avec EPITACT®. Ils permettent également d’éviter l’aspect de « peur-évitement » (évitement de la douleur par peur irrationnelle) et de lutter contre l’inactivité. 

En parallèle, la prise d’antalgiques peut constituer une première approche de traitement pour soulager la douleur, mais elle n’est pas curative. Il s’agit là aussi de prise régulière de paracétamol, combinée éventuellement à des anti-inflammatoires non-stéroïdiens. Si les douleurs persistent, on peut aller jusqu’à prescrire des opioïdes. Lorsqu’une pathologie psychologique est révélée, des antidépresseurs(3) peuvent compléter le traitement, temporairement pour aider le patient à outrepasser la crise. À noter aussi que l’efficacité des crèmes à application locale à base d’anti-inflammatoires n’a pas été prouvée pour soulager les douleurs lombaires…

 

En deuxième intention

Pour compléter la prise en charge de la lombalgie commune chronique, un suivi psychologique est préconisé. Il est particulièrement recommandé pour les personnes dont les symptômes perdurent.
 

> Autres traitements non médicamenteux

D’autres traitements non médicamenteux existent pour une lombalgie .

Certains sont victimes du manque de statistiques pour prouver leur efficacité. On retrouve notamment la sophrologie, la relaxation ou encore l’hypnose(2).

D’autres sont efficaces à court terme pour soulager les douleurs : ceinture lombaire, application de chaud et de froid ou crénothérapie notamment(2, 4, 5).
 

> En dernier recours

En dernière intention, la chirurgie reste possible mais n’est que très rarement de mise. Elle comprend principalement les techniques de stabilisation dynamique, d’arthrodèse ou les prothèses discales(6).

La stabilisation dynamique s’appuie sur l’utilisation de petits ressorts placés en regard des vertèbres pour aider la colonne à supporter le poids et les contraintes.

L’arthrodèse consiste à souder une articulation , elle est indiquée en cas de problème affectant la colonne vertébrale.

La prothèse discale sera, elle, envisagée pour répondre à une pathologie dégénérative d’un disque.

 

Avant de passer par la case traitements, plusieurs solutions s’offrent à vous. En effet, il est possible de prévenir la lombalgie et de s’épargner des douleurs particulièrement gênantes au quotidien, voire invalidantes. Outre le fait de pouvoir lutter contre les facteurs de risque d’une lombalgie, vous pouvez porter, en prévention, le correcteur de position POSTUROSTRAP*. Une étude clinique montre que deux tiers des utilisateurs ressentent un meilleur confort dorsal après seulement 3 jours d’utilisation(7) ! Il permet de rééduquer à court ou moyen terme en adoptant durablement de bonnes habitudes posturales, assises ou debout. Et tout ceci de manière intuitive pour un confort optimisé !
 

 

Le traitement d’une lombalgie , selon sa cause et son intensité, peut largement varier. Même si l’on considère un mal de dos souvent passager et sans grande gravité, ne tardez pas à consulter dès l’apparition des premiers symptômes. Vous vous épargnerez une potentielle persistance des douleurs.

 

*Cette solution est un dispositif médical de classe I, qui porte au titre de cette réglementation le marquage CE. Lire attentivement la notice avant utilisation. Fabricant : Millet Innovation. 11/2021

 

Sources :

(1)Valat J-P, Rozenberg S, Bellaïche L. Lombalgie. Critères cliniques et d’imagerie. Revue du Rhumatisme Monographies. avr 2010;77(2):158‑66.

(2)HAS. Prise en charge du patient présentant une lombalgie commune [Internet]. Haute Autorité de Santé. 2019 [cité 27 juill 2021]. Disponible sur: https://www.has-sante.fr/jcms/c_2961499/fr/prise-en-charge-du-patient-presentant-une-lombalgie -commune

(3)Balagué F, Amaya G, Genevay S. Prise en charge conservatrice des lombalgies chroniques en 2008 : quoi de neuf ? RMS. 2009;5(194):560‑4.

(4)Forestier RJ, Erol Forestier FB, Francon A. Crénothérapie (crénobalnéothérapie) dans la lombalgie chronique : une revue critique. Revue du Rhumatisme Monographies. 1 févr 2017;84(1):91‑8.

(5)Spechbach H. Lombalgie aigüe [Internet]. 2017 [cité 13 sept 2021]. Disponible sur: https://www.hug.ch/sites/interhug/files/structures/medecine_de_premier_recours/Strategies/strategie_lombalgies_aigues.pdf

(6)Haute Autorité de Santé. Lombalgie chronique de l’adulte et chirurgie [Internet]. Haute Autorité de Santé. 2016 [cité 13 sept 2021]. Disponible sur: https://www.has-sante.fr/jcms/c_2615316/fr/lombalgie -chronique-de-l-adulte-et-chirurgie

(7)Rapport RA/P249A20 du 04/03/2021 concernant l'étude de satisfaction chez 23 sujets avec un inconfort habituel ou régulier dans le dos afin d'évaluer l'acceptabilité, la perception de l'efficacité et la tolérance après 3 jours d'utilisation.

Partager cet article sur

ARTICLES CONNEXES

Les symptômes de la lombalgie

Plus qu’un simple mal de dos, la lombalgie peut entraîner tout une série de symptômes encore trop peu connus. EPITACT fait le point.

Qu'est-ce que la dorsalgie ?

Douleurs dans le milieu du dos ? EPITACT vous donne un aperçu de ce qu'est la dorsalgie : définition, causes, prévalence et prévention !

Symptômes de la dorsalgie

Les symptômes de la dorsalgie peuvent se montrer particulièrement persistants, voire invalidants. EPITACT vous éclaire sur les caractéristiques d'une dorsalgie.

Qu'est-ce qu'une lombalgie ?

Vous avez des douleurs dans le bas du dos ? Zoom sur la lombalgie , ses principales causes et ses quelques moyens de prévention.

Tout savoir sur la lombalgie

Lombalgie : de quoi s'agit-il, quelles sont les personnes touchées, quelles conséquences ? Quelques chiffres compilés par EPITACT.