Orteils en griffe/marteau : définition, causes



Quelles différences entre orteils en griffe et en marteau ? Quels symptômes, causes et solutions pour redresser l'orteil ?
orteils en griffe/en marteau : définition & causes

Les orteils en griffe, en griffe inversée ou les orteils en marteau désignent trois déformations différentes des doigts de pieds. Elles surviennent fréquemment en cas d’hallux valgusoignon » au pied) et nuisent au confort tout comme au chaussage. Pour soulager les douleurs et rétablir la stabilité, un traitement conservateur suffit souvent. Toutefois, dans certains cas, l’intervention chirurgicale demeure la seule alternative. Découvrons ensemble les différences entre ces déformations des orteils et certains traitements conservateurs adaptés(1).

Epitact orteils en griffe orteil en marteau

Orteil en griffe proximale

L’orteil en griffe se manifeste par une hyperextension de la première phalange (phalange proximale). Le doigt de pied est alors recroquevillé sur lui-même comme une griffe.

Orteil en marteau ou griffe distale

L’orteil en marteau se caractérise par une déformation de la dernière phalange de l’orteil. Celle-ci demeure crispée en flexion par rapport à la précédente.

 

EPITACT-orteils-en-griffe-ou-marteau

Orteils en griffes total (A)

C’est une association des deux griffes précédentes c’est-à-dire une première phalange en extension suivit d’une flexion de la deuxième et troisième phalange.

Orteil en griffe inversé ou col de cygne (B)

C’est une déformation qui concerne également les interphalangiennes proximales et distales. On remarque souvent un pli profond sur la face dorsale de l’interphalangienne distale.

La griffe en flexion totale (C)

Elle se retrouve quasi-exclusivement sur des atteintes neurologiques.

 

 

Symptômes & diagnostic de ces déformations d’orteils

Les symptômes de ces déformations d’orteils s’observent facilement. Si les orteils sont déformés, un examen visuel confirmera le diagnostic. Cet examen clinique s’inscrit dans une démarche médicale complète.

Pour constater l’étendue de la déformation osseuse, un examen radiographique pourra être prescrit. Il renseignera notamment sur les éventuelles dégradations des articulations phalangiennes et de leurs positions les unes par rapport aux autres. Votre médecin traitant pourra ainsi vous orienter vers un spécialiste dans cette optique : podologue, rhumatologue, orthopédiste,...

La zone articulaire atteinte peut s’inflammer. La douleur combinée à des rougeurs est un symptôme révélateur de l’inflammation.

Un orteil en griffe , quel qu'il soit, va complexifier le chaussage. Les orteils déformés frottent contre la chaussure, provoquant des durillons, voire des cors. En effet, la peau tente de se protéger sur ces zones et s’épaissit.

Si la pathologie est à un stade peu développé, les orteils peuvent encore être redressés c’est-à-dire que ladite déformation est réductible. Malheureusement, plus le temps passe, moins la déformation est réversible. À un stade très avancé, la déformation peut aller jusqu’à une luxation de l’orteil l’empêchant de remplir sa fonction d’appui.

 

Causes des orteils en marteau, en griffe ou inversé

Les causes de ces déformations d’orteils sont variées. Toutefois, ces déformations résultent généralement d’un déséquilibre de la balance des forces entre les muscles extenseurs et les muscles fléchisseurs.

Il est possible de regrouper les causes sous deux grandes familles. Il s’agit des facteurs intrinsèques comme une déformation architecturale ou posturale du pied (pied creux ou hallux valgus par exemple) et des facteurs extrinsèques comme le chaussage inadapté, entre autres. Il faut également rechercher des facteurs plus généraux comme une maladie rhumatismale ou neurologique par exemple.

L’ensemble de ces facteurs vont participer à la déformation et si ceux-ci ne sont pas pris en charge, l’aggravation continuera de se développer.

 

Conséquences

La déformation des orteils conduit à une mauvaise position de ceux-ci. Cela provoque alors des points de pression douloureux et le développement de cors et de durillons. La déformation des orteils, servant à la stabilité du corps, peut même engendrer, à terme, des compensations musculaires ou favoriser le développement d’autres troubles musculosquelettiques.

 

Redresser les orteils déformés

Pour apaiser les douleurs, redresser les orteils encore mobiles semble la meilleure alternative. Si ces déformations sont réductibles, une correction dans une bonne position sera réalisée. C’est le cas des barrettes sous-diaphysaires* d'EPITACT® conçues pour allonger confortablement les orteils. Un textile ultradoux rend le contact agréable pour un soulagement immédiat. Maintenus par un élastique, ces coussinets se portent même dans les chaussures pour réduire les frictions.

Si les déformations sont dites irréductibles, alors une protection des zones douloureuses sera nécessaire. Les DIGITUBES®* permettent de protéger l’orteil par une fine couche de silicone .

Enfin, si plusieurs orteils sont déformés, les protège-pointes* réduiront les frottements contre la chaussure pour vous soulager au quotidien. L’ensemble de ces dispositifs protecteurs ou correcteurs sont des traitements conservateurs visant à améliorer votre confort.

 

Découvrez ICI d’autres traitements conservateurs en cas d’orteils en griffe ou en marteau.

Enfin, si vous consultez un podologue, il pourra vous proposer un petit appareillage nommé orthoplastie dans un but protecteur ou correcteur(2).

En conclusion, les symptômes rendent le diagnostic sans équivoque. Si les causes peuvent être multiples, les solutions curatives le sont tout autant pour lutter contre les déformations des orteils. Si ceux-ci sont encore mobiles, on optera pour le port d’une orthèse afin de redresser les orteils concernés. Si l’articulation est ankylosée, une protection sera plus appropriée.

 

*Ces solutions sont des dispositifs médicaux de classe I qui portent au titre de cette réglementation le marquage CE. Lire attentivement la notice avant utilisation. Fabricant : Millet Innovation. 01/2021

 

Sources :

(1)Curvale G, Piclet-Legre B, GroulierP, Mattei JP et Jouve JL. Pathologie non traumatique des orteils. Encycl Méd Chir (Editions scientifiques et Médicales Elsevier SAS, Paris), Appareil locomoteur, 14-130-A-10, 1996, Podologie, 27-080-A-34, 2002, 11p.

(2)Autrusson MC et Nabères A. Orthoplasties ou orthèses d’orteils. (Editions scientifiques et Médicales Elsevier SAS, Paris), Podologie, 27-130-A-36, 2001, 7p.

 

 

 

Partager cet article sur

ARTICLES CONNEXES