Tennis et douleur au poignet



Tennis et douleur au poignet

Le tennis est un sport en vogue, qui compte près d’un million de joueurs en France, dont 400 000 joueurs en compétition(1). Cependant, tous les joueurs, amateurs comme professionnels, encourent certains risques de blessures. En effet, sa pratique est bénéfique pour la santé, mais son intensité et les techniques utilisées sont parfois à l’origine de douleurs au poignet.

EPITACT®, spécialiste de l'orthopédie et engagé dans le domaine du sport, vous décrit les douleurs du poignet fréquentes au tennis.

 

Pourquoi tennis et douleurs au poignet ?

Le tennis est un sport pivot, intense et très physique, qui sollicite activement toutes les parties du corps. Au niveau des membres supérieurs, les zones les plus vulnérables au tennis sont l’épaule, le coude et les poignets(2).

La fréquence des blessures s’explique principalement par l’hypersollicitation des membres : répétition, intensité et vitesse des mouvements(1, 2). En effet, le tennis demande l’exécution de mouvements répétés, puissants et brusques qui allient souplesse, force et endurance.

Les impacts raquette-balle combinés à force de frappe n'épargnent donc ni l'épaule, ni le coude, ni le poignet. Ceci expliquant cela, l’augmentation du risque de lésions traumatiques et microtraumatiques apparaît alors sans surprise.

 

Les facteurs de risque de douleurs au poignet au tennis

Vous avez mal au poignet pendant ou après votre séance de tennis ? Voici les facteurs de risque les plus courants de blessures du poignet(1, 3, 4) :

• La répétition et l’intensité des mouvements entraînent une surutilisation du poignet.

• Le niveau du joueur : les techniques mal effectuées (cassure du poignet, force de frappe inadaptée…) augmentent également les charges et les contraintes au niveau du poignet.

• La fréquence de la pratique : il semblerait que le taux de blessure augmente au-delà de trois heures de jeu par semaines(3). Aussi, le fait de commencer la pratique du tennis tôt implique souvent la participation du joueur à des compétitions et à des entraînements très intenses. On note ainsi une exposition accrue aux blessures chez les jeunes joueurs en raison du cumul de charges, de répétitions et de temps de récupération insuffisants(5).

• L’âge : dans le prolongement du point précédent, les 5-18 ans sont en effet les plus touchés (29 %) par les blessures au tennis. S’ensuivent les 19-40 ans (27 %), puis les 56 et plus (24 %) et enfin les 41-55 ans (20 %)(3).

• Le sexe : on observe une fréquence plus élevée de blessure au tennis chez les hommes. En général, on observe une fréquence de 1,6 blessure chez l’homme contre 1 blessure par 1000 heures jouées chez la femme(3).

• L’existence d’anciennes blessures.

• L’équipement, et notamment la qualité de la raquette.

• Les techniques de grip : le revers à une main affecte plus souvent la main dominante tandis que le revers à deux mains touche davantage la main non dominante(3). Aussi, les prises extrêmes (Western) ou très fermées (semi-Western) de coup droit s'associent à une ténosynovite de l’extenseur ulnaire du carpe(6). En effet, ces types de prises ont tendance à augmenter les contraintes du côté extérieur du poignet (côté ulnaire)(5).

 

Les causes de douleurs au poignet au tennis

La douleur, en fonction de sa localisation, peut avoir différentes causes. Au tennis, les blessures au poignet découlent principalement de leur surutilisation. Cette dernière est elle-même induite par la répétition de mouvements impliquant le poignet, notamment lors de la frappe. Si vous avez mal au poignet lors de vos séances, il se peut que la cause soit :

• une ténosynovite de l’extenseur ulnaire du carpe (EUC). Elle s’apparente à une inflammation de la gaine entourant le tendon de l’EUC, caractérisée par une douleur du côté extérieur du poignet. Comme nous l’avons dit, on l’observe souvent chez les joueurs adeptes de la prise extrême de coup droit(2). Son risque d’apparition augmente lorsque la transmission des forces au poignet lors de la frappe est excessive(6). On note également le risque de subluxation de ce tendon, principalement en cas de flexion du poignet ou de déviation ulnaire(7).

• une ténosynovite de De Quervain(2) ; l’une des lésions tendineuses les plus fréquentes chez les joueurs de tennis. Elle correspond à une inflammation de la gaine entourant les deux tendons du pouce, caractérisée par une douleur du côté intérieur du poignet. Elle survient notamment chez ceux qui utilisent la prise de coup droit fermée (Eastern)(9). La répétition du mouvement du poignet en flexion entraine l’inflammation de la gaine des tendons du pouce. On l’identifie généralement grâce au test de Finkelstein ; étape cruciale de son diagnostic détaillée ici.

• une entorse du ligament carpien, notamment due à des mouvements de torsion(5, 8).

• une fracture de fatigue impliquant notamment le scaphoïde, l’os crochu ou les métacarpiens(2, 10).

• une lésion du ligament triangulaire du carpe(2).

 

Prévenir ou soulager les douleurs au poignet liées au tennis

Si certains facteurs ne peuvent être contrôlés, d’autres sont évitables. Le tout est de savoir comment les prévenir ou les réduire afin de préserver au mieux vos articulations ! EPITACT® vous fournit quelques pistes.

Le premier réflexe en cas de douleur au poignet reste la consultation chez un professionnel de santé. Votre médecin généraliste ou médecin du sport sauront vous orienter vers le chemin thérapeutique approprié en fonction de vos activités. Aussi, et selon votre pathologie, le traitement sera bien évidemment différent.

Qui dit blessure au poignet dit souvent arrêt de la pratique, souvent insurmontable pour un accro de la raquette. Certains moyens permettent d’agir en prévention pour limiter au maximum les risques de douleurs au poignet(1) :

• Bien s’échauffer et s’étirer avant et après vos séances ;

• Savoir s’octroyer des temps de repos pour éviter d’épuiser les articulations ;

• Faire quelques renforcements musculaires au niveau des extenseurs et fléchisseurs du poignet(6) ;

• Orienter ses efforts vers la technique plutôt que la force ou la vitesse de frappe.

En cas de tendinite comme la ténosynovite de De Quervain ou d’entorse bénigne du poignet, le port d’une orthèse freinera l’évolution de la douleur. La combinaison d’une orthèse avec la prise d’anti-inflammatoires permet de réduire les symptômes de 80 %(9) ! En alternant l’orthèse flexible* lors de vos activités et l’orthèse rigide* en périodes de repos, vous protégez ainsi votre poignet sans interruption. Consultez un professionnel de santé pour obtenir un traitement adapté à votre situation.

 

Pour aller plus loin que cette approche globale et simplifiée, voici quelques sources supplémentaires :

(1)Kaffel C, Creveaux T, Genevois C, Rahme M, Botta A, Rogowski I. Épidémiologie des pathologies du membre supérieur dominant chez les joueurs de tennis français. Journal de Traumatologie du Sport. sept 2013;30(3):124‑8.

(2)Patel H, Lala S, Helfner B, Wong TT. Tennis overuse injuries in the upper extremity. Skeletal Radiol. 1 avr 2021;50(4):629‑44.

(3)Kaux J-F, Schaus J, Delvaux F, Forthomme B, Joris M, Crielaard J-M, et al. Traumatologie du joueur de tennis. Journal de Traumatologie du Sport. mars 2016;33(1):43‑7.

(4)Girard O, Eicher F, Fourchet F, Micallef JP, Millet GP. Effects of the playing surface on plantar pressures and potential injuries in tennis. British Journal of Sports Medicine. 1 nov 2007;41(11):733‑8.

(5)Stuelcken M, Mellifont D, Gorman A, Sayers M. Wrist Injuries in Tennis Players: A Narrative Review. Sports Med. mai 2017;47(5):857‑68.

(6)Chung KC, Lark ME. Upper Extremity Injuries in Tennis Players: Diagnosis, Treatment, and Management. Hand Clinics. 1 févr 2017;33(1):175‑86.

(7)Dines JS, Bedi A, Williams PN, Dodson CC, Ellenbecker TS, Altchek DW, et al. Tennis Injuries: Epidemiology, Pathophysiology, and Treatment. JAAOS - Journal of the American Academy of Orthopaedic Surgeons. mars 2015;23(3):181‑9.

(8)Fu MC, Ellenbecker TS, Renstrom PA, Windler GS, Dines DM. Epidemiology of injuries in tennis players. Curr Rev Musculoskelet Med. 1 mars 2018;11(1):1‑5.

(9)Perkins RH, Davis D. Musculoskeletal Injuries in Tennis. Physical Medicine and Rehabilitation Clinics. 1 août 2006;17(3):609‑31.

(10)Ouchrif Y, Elouakili I, Ouakrim R, Berrada MS, Elyaacoubi M, Sekkach N, et al. Fracture du hamatum chez un boxeur professionnel. Journal de Traumatologie du Sport. mars 2015;32(1):34‑7