Syndrome Fémoro-patellaire et course à pied



Syndrome fémoro-patellaire et course à pied | EPITACT®

Le runner est têtu (parole de runner !), il aime courir et veut courir, malgré le temps, l’heure, la fatigue, et parfois même malgré la douleur qui l’assaille ! L'une des douleurs les plus fréquentes chez le runneur est le syndrome rotulien , aussi appelé syndrome fémoro-patellaire . Parfois, la douleur est si intense qu’il devient nécessaire de faire le point, de se renseigner sur cette pathologie afin de trouver des solutions efficaces pour y remédier.

 

Articles complémentaires :

« Mal au genou ? »

Pour le runner qui a un syndrome de la rotule , la douleur peut apparaître pendant et/ou après les sorties longues. Cette douleur varie entre élancements, douleur diffuse et douleur aiguë. Lorsque la douleur est gérable, elle peut être présente au début de la séance de course à pied et disparaître assez rapidement quand le corps est échauffé. Néanmoins, cette douleur réapparaît une fois l’entraînement terminé dès lors que vous réadoptez une position assise. Lorsque la douleur est aiguë dès le réveil, il est difficile de partir faire une séance de running. Dans ce cas, la douleur est souvent présente toute la journée, et cela est très handicapant.
 

« Que dois-je faire pour traiter ce syndrome fémoro-patellaire ? »

Prendre RDV chez votre médecin pour confirmer le diagnostic, de préférence un médecin du sport. Il vous prescrira sans doute des séances de kinésithérapie.

  • En attendant, et là vous allez me dire : « Pas question j’ai une course à préparer ! ». Il faut diminuer les sorties (eh oui… désolé ! C’est pour votre bien après tout !). Cette étape est importante pour désenflammer votre articulation .
  • Toujours dans le but de désenflammer votre articulation , outre l’arrêt, vous pouvez en complément :
    1. Éviter de piétiner (faire des grand pas !)
    2. Limiter, dans la mesure du possible, la position assise prolongée.
    3. Pratiquer des étirements du mollet, des ischio-jambiers et des quadriceps.
    4. Pratiquer, pour les plus en manque d’efforts physiques, le vélo à faible résistance. C’est conseillé et parfait pour la récupération !

En conclusion, il est important de bien prendre soin de ses genoux, surtout lorsque l’on court. En effet, la répétition du geste à chaque foulée contribue à la détérioration du cartilage , ce qui est encore plus exacerbé si vous avez un syndrome rotulien .

 

Partager cet article sur

ARTICLES CONNEXES