Verrues plantaires : qui est concerné ?



Verrues plantaires : certains profils sont-ils plus touchés que d’autres ? Prévalence de cette pathologie par EPITACT.
Verrues plantaires : étiologie, qui est concerné ?

Les verrues plantaires sont une affection très fréquente de la peau en France. Cependant, certains profils sont-ils plus touchés que d’autres ? Les enfants sont-ils plus ou moins touchés que les adultes ? On peut également s’interroger sur les facteurs qui provoquent l’apparition de verrues plantaires. Pour en savoir un peu plus sur ce problème de peau, EPITACT®, spécialiste du soin podologique et orthopédique, vous donne quelques informations clés.

Verrues plantaires : de quoi s’agit-il ?

La verrue plantaire est une lésion de la peau par laquelle s’est infiltré un virus le human papillomavirus (HPV ). Ce dernier va infecter une cellule de l’épiderme (kératinocyte). C’est cela qui va causer une excroissance cutanée. On estime à 50 % le nombre de porteurs du HPV sur leur peau. Le virus peut se déclarer rapidement ou bien se réveiller un jour suite à un stress particulier sur la zone.

Verrues plantaires : qui est concerné ?

Les verrues cutanées sont monnaie courante en France. Une personne sur quatre en aurait. Par ailleurs, les enfants semblent davantage touchés que les adultes. Entre 5 et 15 ans, on estime que plus de 60 % développeraient des verrues vulgaires et environ 25 % des verrues plantaires. Leur incidence diminue jusqu’à 20 ans pour réaugmenter au-delà de 25 ans.

Verrues plantaires : facteurs favorisants

Chez les adultes, les verrues sont particulièrement présentes chez les sujets immunodéprimés ou sous immunosuppresseurs. De même les personnes atteintes du Sida (VIH) ou greffées ont plus tendance à développer des verrues que d’autres individus.

Bien que le Human Papillomavirus soit spécifique à l’humain, il semblerait que les vétérinaires et bouchers aient une propension plus forte à en développer au contact de la viande ou de la chair animale sans que cela ne soit encore expliqué.

Par ailleurs, les ambiances chaudes et humides sont propices à leur développement. Cela peut être le cas pour les personnes travaillant en serre, en piscine, spa, hammam, en terrarium… En effet, le virus pénètre plus facilement l’épiderme lorsque celui-ci est gorgé d’eau.

Enfin, les lésions permettent au virus d’infecter les cellules d’épiderme. Une peau fragilisée, sèche, des crevasses ou une ampoule mal soignée sont autant de portes d’entrée pour le HPV .

Il est donc indispensable, pour contrer le phénomène, d’observer une excellente hygiène des pieds. Se laver quotidiennement les pieds, les hydrater à l’aide d’une crème pour pieds secs & abîmés* ou pour talons crevassés* est nécessaire. Enfin, en cas de lésions cutanées, évitez de vous promener dans des lieux humides pieds nus !

La solution EPITACT® contre les verrues plantaires

Les verrues plantaires peuvent être douloureuses dans certains cas. Afin de soulager immédiatement la douleur, EPITACT® a développé des protections en silicone* à apposer sur les verrues. Cette fine couche de gel de silicone permet ainsi de mieux répartir les pressions pour plus de confort y compris pendant la marche. En effet, ces protections n’excèdent pas un millimètre d’épaisseur et peuvent ainsi être portées dans tout type de chaussures.

Toutefois, le HPV étant fréquemment présent sur la peau, il est souvent préférable de combiner plusieurs traitements pour en venir à bout. Ne vous découragez pas et n’hésitez pas à consulter un dermatologue pour confirmer le diagnostic et réfléchir au traitement contre les verrues le plus adapté.

 

Sources : https://dermato-info.fr/fr/les-maladies-de-la-peau/les-verrues#verrue_%C3%A9tiologie 

 

*Ces solutions sont des dispositifs médicaux de classe I qui portent, au titre de cette réglementation, le marquage CE. Lire attentivement la notice avant utilisation. Fabricant : Millet Innovation. 02/2021

 

Partager cet article sur

ARTICLES CONNEXES