Opération de l’épine calcanéenne



Opération de l’épine calcanéenne

L’opération d’une épine calcanéenne ou d’une aponévrosite plantaire est rare et n’est envisagée qu’en dernière option de traitement. Cette approche thérapeutique radicale reste cependant rare puisque plus de 90 % des aponévrosites plantaires se soignent par traitements conservateurs(1) !

Qui peut se faire opérer d’une épine calcanéenne et d’une aponévrosite plantaire ? Pourquoi et quand programmer une intervention chirurgicale ? Comment se déroule-t-elle ? Est-il possible de l’éviter ? EPITACT® répond à toutes vos questions !

 

Opération de l'épine calcanéenne et aponévrosite plantaire : pour qui ?

L’opération d’épine calcanéenne ou d’aponévrosite plantaire ne s’envisage qu’en cas de douleurs au talon persistantes ou récidivantes. On parle d’ailleurs plus souvent d’opération chirurgicale pour une aponévrosite plantaire que pour une épine calcanéenne. C’est effectivement l’inflammation de l’aponévrose plantaire qui cause des douleurs, plus rarement l’épine calcanéenne.

 

Opération de l'épine calcanéenne et aponévrosite plantaire : pourquoi ?

Dans la plupart des cas, l’opération d’une épine calcanéenne ou d’aponévrosite plantaire ne s’indique qu’en cas d’échec des traitements conservateurs. En effet, rappelons que la majorité des cas atteints de l’une de ces pathologies guérit grâce à ces premiers traitements. Parmi ceux-ci, on compte notamment :

- les traitements conservateurs :

- les traitements interventionnels :

  • les anti-inflammatoires ;
  • l’infiltration de corticoïdes.

Si, malgré ces traitements, les douleurs persistent ou récidivent, se faire opérer d’une épine calcanéenne ou d’une aponévrosite plantaire s’envisage alors.

 

Opération de l'épine calcanéenne et aponévrosite plantaire : quand ?

L’opération d’une épine calcanéenne ou d’une aponévrosite plantaire ne se programme généralement pas avant un an d’inefficacité des traitements conservateurs(2). Devant la persistance des symptômes, et ce malgré la rééducation, le port d’orthèses ou les infiltrations, le patient peut donc subir une intervention chirurgicale.

 

Opération de l'épine calcanéenne et aponévrosite plantaire : comment ?

L’épine calcanéenne et l’aponévrosite plantaire sont deux pathologies étroitement liées et parfois confondues. Cependant, face à la persistance des douleurs au talon, chacune fait face à un geste chirurgical approprié.

• Opération de l'aponévrosite plantaire

Le chirurgien commence par traiter l’inflammation de l’aponévrose plantaire . Cette opération consiste à allonger pour détendre cette membrane fibreuse par une incision au niveau de son insertion sur le calcanéum. En conséquence, cela réduit les tractions à la base du calcanéum et limite la tension sur l’aponévrose. Les deux techniques principales sont :

- l'aponévrotomie à ciel ouvert, c’est-à-dire directement visible via une incision de la peau. Cette première technique implique un retour complet aux activités au bout de 3 mois environ. Elle peut aussi laisser une cicatrice au niveau de l’incision(3).

- l'aponévrotomie endoscopique ou percutanée, réalisée à l’aide d’une petite caméra pour visualiser précisément la zone à sectionner. Deux incisions sont donc effectuées : une pour insérer la caméra, l’autre pour introduire le bistouri. Il s’agit de la technique privilégiée puisqu’elle permet notamment un retour plus rapide aux activités et moins de complications. Une semaine seulement après l’opération, 77 % des patients portent de nouveau leurs chaussures habituelles(3).

La section de l’aponévrose plantaire est soit partielle, soit totale. Dans une section partielle, on ne coupe que la partie médiale de l’aponévrose plantaire (du côté intérieur de la plante du pied)(4). Cette technique semble privilégiée par rapport à une section totale qui implique un risque d’effondrement de la voûte plantaire(5).

• Opération de l'épine calcanéenne

Lorsque l’aponévrosite plantaire est en présence d’une épine calcanéenne, le chirurgien peut retirer cette pointe osseuse. Il convient de préciser qu'on ne retire pas systématiquement l’épine calcanéenne. Bien qu’indolore, l’épine calcanéenne peut être réséquée si elle alimente les douleurs et gêne le chaussage.

Pour cela, on emploie la technique percutanée. Une légère incision suffit au chirurgien pour accéder à la zone à traiter. L’opération consiste premièrement à sectionner une partie de l’aponévrose plantaire à son insertion sur le calcanéum. Puis, le chirurgien vient simplement poncer cette calcification à l’aide d’une fraise.

Le plus souvent, ces deux interventions chirurgicales ne requièrent qu’une anesthésie locorégionale (de la jambe aux orteils). Leur durée est très courte et elles s’effectuent en ambulatoire (le patient arrive et repart le même jour).

 

Opération de l'épine calcanéenne et aponévrosite plantaire : et après ?

La réduction de l’inflammation demande un peu de temps mais les suites opératoires d’une épine calcanéenne et d’une aponévrosite plantaire sont simples. La période de récupération post-opératoire peut varier de quelques semaines à plusieurs mois. Généralement, l’opération est suivie de 3 semaines d’immobilisation et de 3 semaines supplémentaires durant lesquelles il faut limiter le port de charges(6).

Le jour même de l’opération, vous pourrez probablement marcher normalement ou à l’aide de béquilles si vous ressentez des douleurs. Cependant, il est dans un premier temps conseillé de n’exercer que des appuis légers à modérés du pied au sol.

Les patients ayant recours à la chirurgie peuvent, le plus souvent, espérer un retour normal aux activités au bout de 2 à 3 mois. Néanmoins, chaque patient doit être au préalable informé des potentielles complications d’un tel traitement. En effet, dans certains cas, une douleur au talon résiduelle peut persister(7).

 

L’opération d’une épine calcanéenne et d’une aponévrosite plantaire reste donc rarement indiquée. Cependant, prévenir et soulager vos douleurs au talon en amont restent encore les meilleures options.

 

*Cette solution est un dispositif médical de classe I, qui porte au titre de cette réglementation le marquage CE. Lire attentivement la notice avant utilisation. Fabricant : Millet Innovation. 01/2022

 

Pour aller plus loin que cette approche globale et simplifiée, voici quelques sources supplémentaires :

(1)Kahn M-F, Bardin T, Dieudé P, Lioté F, Meyer O, Orcel P, et al. L’actualité rhumatologique 2013. Elsevier Health Sciences; 2013. 451 p.

(2)Heil P. Tendon d’Achille et épine calcanéenne au cabinet médical. Primary and hospital care. 2018;18(1):13‑5.

(3)Trojian T, Tucker AK. Plantar Fasciitis. AFP. 15 juin 2019;99(12):744 50.

(4)Stiglitz Y. Aponévrosite plantaire et rétraction du système achilléo-plantaire. 2014;

(5)Kahn M-F, Bardin T, Dieudé P, Lioté F, Meyer O, Orcel P, et al. L’actualité rhumatologique 2013. Elsevier Health Sciences; 2013. 451 p.

(6)Luffy L, Grosel J, Thomas R, So E. Plantar fasciitis: A review of treatments. Journal of the American Academy of PAs. janv 2018;31(1):20 4.

(7)Martinelli N, Bonifacini C, Romeo G. Current therapeutic approaches for plantar fasciitis. Orthopedic Research and Reviews. 2014;6:33 40.

Partager cet article sur

ARTICLES CONNEXES