Aponévrosite plantaire : traitement



Aponévrosite plantaire : traitement

L’aponévrosite plantaire est l’un des motifs de consultation le plus courant en podologie(1). Cette inflammation de l’aponévrose plantaire, bande fibreuse qui parcoure la plante du pied, cause des douleurs tenaces. Bien souvent, on considère la présence associée d'une épine calcanéenne comme coupable de ces douleurs au talon.

En effet, la confusion plane au-dessus de ces deux pathologies étroitement liées. Lorsque de trop fortes tractions sont exercées sur l’aponévrose plantaire, cela déclenche la formation d’une épine calcanéenne. Ces tractions entraînent des microtraumatismes sur l’aponévrosite plantaire et favorisent ainsi son inflammation(2). L’épine se développe justement là où l’aponévrose plantaire se rattache à l’os du talon (le calcanéum). Ce n’est donc pas l’épine qui cause des douleurs mais bien l’inflammation de l’aponévrose plantaire. Or, étant toutes deux liées, leur traitement sera le même.

EPITACT® fait le point sur la prise en charge de ceux deux affections du pied.

 

Le traitement de l'aponévrosite plantaire

Le traitement de l’aponévrosite plantaire repose principalement sur des alternatives conservatrices. EPITACT® a synthétisé pour vous les différentes étapes du traitement de l’aponévrosite plantaire.

 

Aponévrosite plantaire : traitement n°1 : Lutte contre les facteurs favorisants

Le traitement de l’aponévrosite plantaire, quel que soit son stade et l’intensité des douleurs, débute en luttant contre les causes et facteurs favorisants le développement de l’inflammation.

Pour lutter contre les troubles de la statique (hyperpronation du pied, pied plat ou creux), plusieurs options se présentent : le port de talonnettes et d’orthèses. Si l'on préconise principalement les orthèses pour des troubles de la statique, les talonnettes réduisent immédiatement la tension sur l’aponévrose(3).

EPITACT® vous propose, en prévention ou contre les douleurs, les talonnettes avec une pastille de silicone*. Elles servent de coussin amortisseur de chocs sous le talon et soulagent vos douleurs en surélevant légèrement le talon. Adhésives et ultrafines, elles restent en place dans la chaussure et améliorent le confort à chaque pas.

Pour limiter les microtraumatismes répétés, le traitement s'oriente vers une mise au repos. Cela consiste à éviter les stations debout prolongées et le changement des activités favorisantes, notamment pour les sportifs. En effet, il semble que les coureurs à pieds soient les plus touchés par l’aponévrosite plantaire. En fonction de la douleur perçue, il est recommandé d’adapter la fréquence, l’intensité et la durée de l’activité. En phase aigüe, il convient de modifier son activité en favorisant des pratiques telles que la natation ou le vélo par exemple. La durée de mise au repos pour soulager l’aponévrosite plantaire s’élève à deux semaines(4). Elle réduit l’inflammation, et par conséquence, les douleurs.

S’équiper de chaussures adaptées avec une semelle ergonomique, relativement épaisse pour amortir les chocs et pressions sur l’aponévrose plantaire est efficace. Choisissez également des chaussures épousant la morphologie de votre pied, particulièrement au niveau du talon. Ainsi, évitez les chaussures plates, sans maintien, dont l’épaisseur ou la matière de la semelle ne permet pas une absorption des chocs efficace (tongs par exemple)(4).

Enfin, en cas de surpoids, un rééquilibrage alimentaire permettra de perdre de la masse pour soulager l’aponévrose plantaire.

 

Aponévrosite plantaire : traitement n°2 : Traitement médicamenteux

En complément, le traitement de l’aponévrose plantaire peut inclure la prise d’antalgiques et d’anti-inflammatoires non stéroïdiens(5). Il s’agit là de traitement symptomatique de cette pathologie, leur effet n’est que temporaire visant la douleur et l’inflammation(3).

 

Aponévrosite plantaire : traitement n°3 : Exercices d’étirement

La pratique d’exercices, réalisés avec le kinésithérapeute ou à la maison, étirent l’aponévrose plantaire. Ils peuvent s'accompagner de massages sous la plante du pied(1). EPITACT® a rassemblé pour vous quelques exercices simples à réaliser destinés à améliorer les symptômes liés à cette inflammation de la plante du pied.

Il est également possible de soulager la douleur par l’application de froid sur la zone douloureuse, principalement au début de la pathologie. Prenez une bouteille d’eau congelée puis faites-la rouler sous votre pied, environ 10 à 20 minutes, 2 à 4 fois par jour(4).

Si l’association de ces premières étapes du traitement de l’aponévrosite ne s’avèrent pas suffisants au bout de 3 mois, d’autres alternatives existent.

 

Aponévrosite plantaire : traitement n°4 : Infiltrations de corticoïdes

L’injection de corticoïdes au niveau du point s’insertion de l’aponévrose plantaire au calcanéum ont pour objectif de réduire l’inflammation. Seules 3 injections successives sont recommandées, avec un intervalle de temps minimal d’une semaine entre chaque(1).

Il a cependant été démontré que cette étape du traitement ne possède qu’une efficacité à court terme pour soulager l’inflammation(1). Les injections peuvent éventuellement s'utiliser en première intention si les douleurs sont trop intenses et si la pathologie est trop avancée(1).

 

Aponévrosite plantaire : traitement n°5 : Ondes de choc

Si l’association des traitements précédents s’est avérée insuffisante, l’effet des ondes de chocs sur les symptômes de l’aponévrosite plantaire semblent positifs(6). Il s’agit d’un traitement non invasif dont l’objectif principal est de détruire les fibres nerveuses endommagées et de stimuler la production de collagène. En effet, l’aponévrose plantaire est une structure fibreuse majoritairement composée de collagène.

 

Aponévrosite plantaire : traitement n°6 : Chirurgie

La chirurgie ne s'envisage qu’en cas d’échec des traitements médicaux précédemment définis. Son recours reste rare puisqu’environ 90 à 96 % des aponévrosites plantaires se traitent par des approches thérapeutiques conservatrices(1) comme celles listées précédemment. Par ailleurs, dans certains cas, l’intervention chirurgicale provoque, par l’incision de l’aponévrose, un affaissement de la voûte plantaire irrémédiable. Pour davantage de précisions sur l’opération en cas d’aponévrosite plantaire, consultez notre article ici.

 

 

Vous l’aurez compris, le traitement de l’aponévrosite plantaire est surtout conservateur et préventif. Lutter contre les facteurs de risque réduit les douleurs et l’inflammation, mais peut éviter la récidive à long terme ! Cependant, chaque personne est unique et peut répondre différemment aux traitements qui lui seront prescrits pour soigner son aponévrosite plantaire.

 

*Cette solution est un dispositif médical de classe I, qui porte au titre de cette réglementation le marquage CE. Lire attentivement la notice avant utilisation. Fabricant : Millet Innovation. 01/2022

 

Pour aller plus loin que cette approche plus globale et simplifiée, voici quelques sources supplémentaires :

(1)Kahn M-F, Bardin T, Dieudé P, Lioté F, Meyer O, Orcel P, et al. L’actualité rhumatologique 2013. Elsevier Health Sciences; 2013. 451 p.

(2)Dalibon P. Affections rhumatologiques du pied. Actualités Pharmaceutiques. oct 2018;57(579):50 3.

(3)Fulpius T. Talalgies (aponévrosite plantaire): comment les prendre en charge? Rev Med Suisse. 2014;10:241 2.

(4)Hasegawa M, Urits I, Orhurhu V, Orhurhu MS, Brinkman J, Giacomazzi S, et al. Current Concepts of Minimally Invasive Treatment Options for Plantar Fasciitis: a Comprehensive Review. Curr Pain Headache Rep. sept 2020;24(9):55.

(5)Feron J-M. Quel est l’intérêt de l’injection par corticoïde en cas de fasciite plantaire ? Minerva. 2020;19(5):56‑9.

(6)Aqil A, Siddiqui MRS, Solan M, Redfern DJ, Gulati V, Cobb JP. Extracorporeal Shock Wave Therapy Is Effective In Treating Chronic Plantar Fasciitis: A Meta-analysis of RCTs. Clinical Orthopaedics & Related Research. nov 2013;471(11):3645‑52.