Quels traitements contre la rhizarthrose ?



Chirurgie, orthèse, médicaments : quels traitements pour vous soulager et lutter contre la rhizarthrose ou arthrose du pouce par EPITACT.
Traitements contre la rhizarthrose

La rhizarthrose induit de vives douleurs à la base du pouce, et dans des formes avancées de la pathologie , une déformation de l’articulation . Pour enrayer le processus et apaiser les douleurs, de multiples solutions s’offrent à vous. Découvrez les prescriptions les plus courantes pour les personnes atteintes d’arthrose du pouce d’après les recommandations de la European League Against Rheumatism (1,2,3).

 

Traitements pour rhizarthrose légère à modérée

Le traitement doit s’adapter à la gravité de la pathologie . Il est préconisé, en premier lieu, de procéder à une adaptation ergonomique et à quelques exercices pour améliorer la fonction musculaire et réduire la douleur.

 

Le port d’une attelle de repos immobilisant l’articulation douloureuse avec une utilisation sur le long terme est particulièrement indiqué. Pour cela, EPITACT® a conçu une orthèse de jour souple*, visant à faire prendre conscience des micromouvements traumatisants pour les corriger intuitivement. Une seconde orthèse pour rhizarthrose * a été développée pour immobiliser l’articulation et la mettre au repos, principalement la nuit. Cette orthèse * a été déclinée en version thermoformable pour s’adapter parfaitement à votre morphologie. Le maintien est alors idéal et peut s’adapter à l’évolution de la pathologie .

 

Lorsque la douleur se fait trop vive les topiques AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) sous forme de crème ou de gel sont préférés aux antalgiques oraux. 

 

Pour toute prescription, il est indispensable de veiller à l’impact sur les activités de la vie quotidienne mais aussi à enseigner les techniques de protections articulaires. Il est nécessaire que les professionnels de santé fournissent des appareils d’assistance pour exécuter et faciliter les activités quotidiennes tout comme des attelles pour immobiliser l’ATM (articulation trapézo-métacarpienne). Ainsi, l’auto-médication reste à proscrire, seul un professionnel de santé sera à même de proposer un traitement adapté à votre cas.

 

Traitement médicamenteux contre la rhizarthrose

La prise en charge médicamenteuse intervient si les précédents traitements ne sont pas venus à bout de tous les maux. Une prise ponctuelle de paracétamol par voie orale puis d’AINS si nécessaire, peuvent favoriser le soulagement des symptômes.

 

Le sulfate de chondroïtine, peut être utilisé pour soulager la douleur à court terme et améliorer la fonction de l’articulation . Il ralentirait légèrement les poussées d’arthrose .

 

L’administration de corticoïde ou d’acide hyaluronique peut se faire. Certaines études montrent que l’acide hyaluronique est moins efficace à court terme (<6 semaines) que les corticoïdes mais plus efficace à long terme (jusqu’à 6 mois). Les injections seraient plus efficaces sur la douleur que sur la force de préhension ou la mobilité articulaire (4). De récentes études montrent que les injections articulaires de corticoïde ne doivent plus être utilisées chez les patients souffrant d’arthrose de la main mais peuvent être envisagées chez les patients aux articulations interphalangiennes douloureuses.

 

Enfin, la rhizarthrose ne doit pas être traitée par des antirhumatismaux conventionnels ou biologiques qui pourraient modifier la maladie. 

 

L’intervention chirurgicale contre la rhizarthrose

La chirurgie ne doit être envisagée que pour les patients présentant des anomalies structurelles et lorsque d'autres traitements n'ont pas suffit contre la douleur. La trapézectomie est privilégiée chez les patients atteints d'arthrose de la base du pouce et d'arthrodèse ou arthroplastie chez les patients atteints d'arthrose interphalangienne.

 

*Ces produits sont des dispositifs médicaux de classe I, qui portent au titre de cette réglementation le marquage CE. Lire attentivement la notice avant utilisation. Fabricant : Millet Innovation. 11/2020

Sources : 

  1. Zhang, W, M Doherty, B F Leeb, L Alekseeva, N K Arden, J W Bijlsma, F Dincer, et al. 2007. « EULAR Evidence Based Recommendations for the Management of Hand Osteoarthritis: Report of a Task Force of the EULAR Standing Committee for International Clinical Studies Including Therapeutics (ESCISIT) ». Annals of the Rheumatic Diseases 66 (3): 37788.
  2. Kloppenburg, Margreet, Féline PB Kroon, Francisco J Blanco, Michael Doherty, Krysia S Dziedzic, Elsie Greibrokk, Ida K Haugen, et al. 2019. « 2018 Update of the EULAR Recommendations for the Management of Hand Osteoarthritis ». Annals of the Rheumatic Diseases 78 (1): 1624
  3. Hochberg, Marc C., Roy D. Altman, Karine Toupin April, Maria Benkhalti, Gordon Guyatt, Jessie McGowan, Tanveer Towheed, Vivian Welch, George Wells, et Peter Tugwell. 2012. « American College of Rheumatology 2012 Recommendations for the Use of Nonpharmacologic and Pharmacologic Therapies in Osteoarthritis of the Hand, Hip, and Knee ». Arthritis Care & Research 64 (4): 46574.
  4. Chevalier, Xavier, Christian Compaore, Florent Eymard, et René-Marc Flipo. 2012. « Rhizarthrose ». Revue du Rhumatisme Monographies 79 (2): 11015.

Partager cet article sur

ARTICLES CONNEXES