Corriger l'hallux valgus par la chirurgie



Focus sur les techniques chirurgicales pour redresser le gros orteil en cas d'hallux valgus avec EPITACT.
Corriger l'hallux valgus par la chirurgie

En cas d’hallux valgus sévère, l’intervention chirurgicale peut être le dernier recours pour corriger la déviation de l’orteil.

Détailler toutes les techniques chirurgicales visant à traiter l’hallux valgus n’est pas l’objet de cet article. En 1952, Mac Bride en dénombrait déjà plus de 50 et l’on dépasse les 180 aujourd’hui ! Cependant, voici un tour d’horizon des plus fréquentes pour mieux comprendre les possibilités.

Si les techniques sont aussi nombreuses, c’est principalement pour faire face à la diversité des cas existants. Il est d’ailleurs rare de ne mettre en œuvre qu’une seule technique pour corriger un hallux valgus . Une approche globale est généralement adoptée, associant différentes techniques complémentaires afin de s’adapter au cas du patient.

La prise de décision d’intervenir par voie opératoire comme la procédure établie dépend de nombreux facteurs :

  • l’architecture du pied,
  • l’âge et le sexe du patient,
  • la gravité de la pathologie ,
  • la rapidité et type d’évolution,
  • l’éventuelle réticence du patient,
  • la capacité du patient à adapter son comportement (habitudes de chaussage, poids…),
  • l’intensité de la pratique et les ambitions du sportif,
  • les risques encourus et complications possibles selon chaque cas,
  • la saison (printemps/été facilitent les suites par la possibilité de porter des chaussures ouvertes et/ou légères).

Principales techniques chirurgicales de correction de l’hallux valgus

Deux grands types d’interventions existent, qui peuvent être associées :

  • les interventions sur les parties molles (tendons, ligaments) visent à corriger dans l’articulation métatarso-phalangienne une déformation encore modérée ;
  • les interventions sur les os :
    • une coupe osseuse (ostéotomie) permet une modification de l’axe de l’os lui-même ;
    • une fixation des deux fragments (ostéosynthèse) par vis, broches, ou agrafes, est le plus souvent réalisée.

Plusieurs interventions associées, réalisées au cours d’une même séance opératoire, sont le plus souvent nécessaires pour corriger la déformation régionale complexe qu’est l’hallux valgus .

Arthrolyse métatarso-phalangienne du gros orteil

Cette intervention s’intègre souvent dans un ensemble de gestes correcteurs complémentaires réalisés au cours d’une même séance opératoire. Des sections ou allongements de la capsule articulaire et des ligaments périphériques permettent une correction de la déformation articulaire.

Technique de Mac Bride

Cette chirurgie combine une exostosectomie (abrasion de l’os) à une section du tendon adducteur de l’hallux au ras de la phalange, et anciennement une suppression de l’os sésamoïde latéral. La section du tendon permet de supprimer son effet aggravant le valgus de l’orteil ; le transfert de ce tendon sur la tête du premier métatarsien permet de lui donner un rôle correcteur du varus métatarsien.

Cette technique, telle que décrite précédemment, est aujourd’hui presque abandonnée. En effet, le retrait de l’os sésamoïde latéral avait fréquemment pour conséquence non désirée de dévier l’hallux en varus , c’est-à-dire dans la direction opposée. L’orteil déviant vers l’extérieur, il devient alors presque impossible de se chausser.

Abrasion simple de l’exostose

L’exostosectomie ne corrige pas la désaxation. Il s’agit d’une abrasion de la partie médiale de la tête métatarsienne (la partie protubérante de l’os est sciée ou fraisée) permettant de réduire le débord osseux médial et faciliter le chaussage. Cependant, l’hallux n’étant pas revenu dans son axe normal, la déformation poursuivra son évolution.

Ostéotomie phalangienne proximale du gros orteil

Cette intervention consiste en une coupe double en V, ou un fraisage, retirant à la base de la phalange proximale du gros orteil un « coin » osseux à base interne (médiale), permettant ainsi de corriger le valgus de l’hallux . Le « coin » réséqué (retiré) peut être trapézoïdal, plus épais du côté interne (médial), permettant ainsi un accourcissement du gros orteil lorsque le morphotype du patient l’impose (« pied Egyptien »). Une fixation (ostéosynthèse), soit temporaire par broche (tige métallique retirée après consolidation osseuse), soit définitive par vis ou agrafe, peut être réalisée.

Ostéotomie métatarsienne distale en chevron

Une coupe du col du premier métatarsien, réalisée en chevron, permet une correction du varus métatarsien.  Ce geste peut souvent être réalisé au cours d’une chirurgie percutanée « mini-invasive ». L’incision limitée à quelques millimètres atténue les douleurs et facilite la récupération.  Une fixation par broche ou agrafe peut être nécessaire.

Ostéotomie scarf du premier métatarsien

Le terme scarf est emprunté à la charpenterie et désigne en anglais (« hook scarf ») le « trait de Jupiter » en éclair qui permet d’abouter deux pièces de bois.

La technique du scarf est une des ostéotomies les plus courantes pour traiter un hallux valgus . Le premier métatarsien est coupé en Z dans le plan horizontal à l’aide d’une micro-scie oscillante. La partie inférieure et distale est déplacée vers les autres orteils (jusqu’à 50 % de sa largeur), ce qui corrige le varus métatarsien. Une ostéosynthèse par deux vis verticales est, souvent, réalisée. Cette intervention est généralement pratiquée par chirurgie ouverte.

Des chaussures larges et souples, à semelle épaisse sont recommandées en post-opératoire. Une rééducation à la marche en charge s’impose ensuite selon les douleurs perçues. Deux à trois mois suivant l’intervention, une reprise normale des activités physiques et un chaussage normal peuvent être envisagés.

Arthrodèse de la première articulation métatarso-phalangienne

Cette intervention vise à souder la phalange proximale du gros orteil au premier métatarsien après avoir retiré les surfaces articulaires cartilagineuses de ces deux os. Une fixation osseuse (ostéosynthèse) par vis ou plaque vissée est le plus souvent nécessaire.

Cette intervention est surtout utilisée pour le traitement de l’hallux rigidus, et n’est que très rarement réalisée pour corriger un hallux valgus .

Arthroplastie prothétique de la première articulation métatarso-phalangienne

Dans certains cas, pour conserver une mobilité de l’articulation concernée, la pose d’une prothèse peut être une alternative. Plusieurs types de prothèse existent pour remplir diverses fonctions (prothèse de resurfaçage de la phalange ou du métatarsien ou une prothèse totale d’interposition).

Ce type d’intervention est très rarement utilisé pour une correction d’hallux valgus .

 

 

Aucune de ces interventions n’est exempte de risque de complication. L’information concernant les risques encourus est du ressort du chirurgien consulté.

Il demeure primordial de se chausser en fonction de sa morphologie et de porter des protections en silicone adaptées en prévention et pour soulager les douleurs. EPITACT® propose ainsi une large gamme de solutions pour éviter les pressions ponctuelles*, protéger l’avant-pied au quotidien* ou redresser le gros orteil de jour* comme de nuit*.

L’intervention corrigera effectivement la double déviation liée à l’hallux valgus , toutefois, sans un changement réel des habitudes, la récidive reste possible. L’hallux valgus  est une déformation qui ne peut disparaître au cours du temps. Pour l’évitez découvrez des conseils pratiques ayant fait leurs preuves dans un article dédié.

 

*Ces solutions sont des dispositifs médicaux de classe I qui portent, au titre de cette réglementation, le marquage CE. Lire attentivement la notice avant utilisation. Fabricant : Millet Innovation. 02/2021

 

Partager cet article sur

ARTICLES CONNEXES

Réduire la déformation du pied

Limiter, voire corriger la déformation de l'hallux valgus grâce aux orthèses et protections EPITACT® conçues pour soulager les douleurs.