Tendinite rotulienne : symptômes, traitement

Comme toutes les pathologies de surutilisation, la tendinite rotulienne est particulièrement répandue chez les adeptes de sports d’endurance comme la course à pied, la randonnée ou le cyclisme(1). Mais aujourd’hui, la recherche de plus en plus accrue de performances sportives a favorisé l’apparition de telles tendinites du genou dans une multitude de sports.

Parmi les diverses tendinites du genou, la tendinite rotulienne est l’une des plus fréquente. Dans cet article, EPITACT® vous donne les clés pour comprendre les causes d’apparition d’une tendinite rotulienne, ses symptômes et ses traitements.

 

Comprendre la tendinite rotulienne

Une tendinite correspond à l’inflammation d’un tendon. Dans le cas d’une tendinite rotulienne, il s’agit de l’atteinte du tendon rotulien, qui relie l’extrémité haute du tibia (tubérosité tibiale) au bas de la rotule.

Parce que des études récentes ont montré qu’il s’agit davantage d’une lésion dégénérative plutôt que purement inflammatoire, on lui préfère le nom de tendinopathie rotulienne, qui désigne une pathologie traumatique du tendon rotulien.

À noter qu’on la nomme également jumper’s knee (genou du sauteur), en raison de son incidence élevée chez les sportifs qui effectuent des sauts et des changements rapides de direction (football, basket-ball, volley-ball). Dans ces sports, la prévalence de cette pathologie est estimée à 14,2 %, mais son incidence chez des joueurs professionnels de volley-ball ou de basketball peut aller jusqu’à 40 %(2). On touche aussi fréquemment les sprinteurs et les sauteurs.

 

Causes et facteurs de risque

La tendinite rotulienne est une pathologie de surcharge du tendon rotulien. Cela signifie qu’elle est causée par une sollicitation trop intense du genou, qui génère des microtraumatismes répétés ou ruptures microscopiques du tendon rotulien.

Cette sur-sollicitation du tendon rotulien est fréquente dans plein d’activités sportives qui impliquent des efforts d’endurance, des extensions brutales et répétitives comme les sauts, des accélérations soudaines, des changements brusques de direction ou des efforts excessifs(1, 3).

Hormis la nature du sport, d’autres facteurs augmentent la tension sur le tendon rotulien et favorisent ainsi l’apparition d’une tendinite au genou(4) :

  • Le surpoids augmente les contraintes sur l’articulation et sur le tendon rotulien ;
  • Un équipement de mauvaise qualité, abîmé ou inadapté au sport pratiqué ;
  • Des déséquilibres anatomiques (ex : jambe plus longue que l’autre, pieds creux ou plats, faiblesse musculaire ou défaut de souplesse des quadriceps et des ischiojambiers).

 

Symptômes de la tendinite du genou

La tendinite rotulienne provoque une douleur à l’avant du genou, sous la rotule. Elle apparait de manière progressive puis persiste pendant l’activité, et s’aggrave notamment lors des sauts, des réceptions et de fortes flexions du genou. Ce dernier peut également être gonflé et la zone du tendon rotulien devient sensible au toucher.

Conséquences

On distingue les tendinites du genou aiguës et chroniques. Une tendinite aiguë guérit rapidement ; l’inflammation disparaît au bout de quelques semaines grâce à une prise en charge efficace.

Cependant, lorsqu’une tendinite aiguë est mal traitée, l’inflammation évolue et entraîne une altération du tendon rotulien(4). Dans ce cas, la tendinite persiste plusieurs mois, voire plusieurs années(2) : on parle alors de tendinite chronique. Le passage à la chronicité peut devenir un réel obstacle à la poursuite de la pratique sportive, poussant même certains athlètes à abandonner leur carrière prématurément.

 

Les différents types de tendinites au genou

L’articulation du genou possède une structure très complexe pour permettre la stabilité et la locomotion. Tous les tendons des muscles, les ligaments et les fascias qui s’insèrent sur le genou peuvent faire l’objet de lésions de surcharge par micro-traumatismes répétés(1). Ainsi, on compte plusieurs pathologies qualifiées comme des tendinites du genou, les principales étant :

  • La tendinite rotulienne : douleur juste en dessous de la rotule.
  • La tendinite quadricipitale : douleur au-dessus de la rotule.
  • La tendinite de la patte d’oie : douleur du côté interne du genou.
  • La tendinite du muscle tenseur du fascia lata : douleur du côté extérieur du genou.

 

Diagnostic de la tendinopathie rotulienne

Lorsque vous consultez pour une douleur au genou, le diagnostic débute par une série de questions posées par le professionnel de santé suivie d’un examen clinique. Renseigner un maximum de détails sur la localisation, l’intensité ou la fréquence des douleurs lui permet d’établir une première hypothèse.

Puis, l’examen clinique lui permet d’identifier plus précisément la structure anatomique en cause, notamment si la douleur est périphérique, en inspectant et en touchant le genou. En revanche, le diagnostic est plus délicat si la douleur est ressentie à l’intérieur de l’articulation.

Si besoin, le médecin peut prescrire des examens d’imagerie (écographie, radiographie ou IRM). Ces tests permettent de mettre en évidence les lésions du tendon rotulien, et ainsi de confirmer le diagnostic.

 

Tendinite rotulienne : traitement préventif et médical

À ce jour, il n’existe pas de recommandations officielles pour le traitement de la tendinopathie rotulienne. En effet, certaines méthodes montrent un intérêt grandissant quand d’autres manquent encore de preuves.

Le traitement d’une tendinite rotulienne aiguë est conservateur, ou non-chirurgical. Si les douleurs persistent, il est absolument nécessaire de ne pas les laisser trainer, au risque d’occasionner une lésion chronique et irréversible du tendon(1). Ainsi une opération s’envisage généralement en cas d’atteinte chronique.

En première intention : repos et anti-inflammatoires

Le meilleur moyen d’enrayer l’inflammation du tendon rotulien est de corriger ou de supprimer le mécanisme qui l’a déclenché. En l’occurrence, il convient de reposer l’articulation en arrêtant de pratiquer l’activité en cause pendant un à deux mois(3). Cela peut également demander une modification de l’entraînement (moins de sauts, baisse d’intensité, périodes de repos plus longues…) ou des équipements(1).

À court terme, les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) peuvent aussi réduire la douleur, mais leur utilisation reste controversée dans le cadre du traitement de la tendinopathie rotulienne(4).

Les injections

Les injections intratendineuses sont souvent utilisées dans le traitement de la tendinopathie rotulienne pour réduire l’inflammation, favoriser la cicatrisation(2-4). Les effets sur la douleur semblent être bénéfiques à court terme(4). Les principales substances sont :

  • les corticostéroïdes ;
  • les produits sclérosants ;
  • l’aprotinine ;
  • le plasma riche en plaquettes (PRP) .

Application de froid et cryothérapie

Le froid a un effet antalgique. L’application de froid ou la cryothérapie s’utilise toujours après la pratique de sport. En effet, appliquer du froid avant de faire du sport peut altérer la fonction motrice et masquer la douleur, ce qui peut entraîner une nouvelle blessure(4).

Les ondes de choc

Le recours aux ondes de choc est complémentaire aux exercices de renforcement musculaire dans le traitement de la tendinopathie rotulienne chronique. Cela consiste à envoyer des ondes mécaniques afin de soulager la zone lésée, de stimuler la régénération cellulaire et la production de collagène, ainsi que de détruire les calcifications intratendineuses(2).

Soigner la tendinopathie rotulienne avec des exercices

Les exercices excentriques sont le seul traitement à l’efficacité prouvée pour la tendinopathie rotulienne(3). Ces exercices d’étirement et de renforcement musculaire requièrent l’arrêt d’une activité sportive le temps du traitement. La plupart des études préconisent deux séances par jour pendant douze semaines(2).

Le programme initialement décrit débute par un échauffement général, suivi d’étirements statiques des quadriceps et ischio-jambiers et de squats. Les auteurs recommandent trois séries de dix squats une fois par jour pendant six semaines, puis trois fois par semaine jusqu’à guérison(2). Chaque session se termine par des étirements similaires à ceux de l’échauffement.

Les deux premiers jours, les mouvements s’effectuent doucement et sans charge. Si au bout de ces deux jours l’entrainement n’entraine pas de douleur, l’exercice est prolongé sur quatre jours. La deuxième semaine, les mouvements sont les mêmes mais avec une charge équivalant à 10 % du poids du corps. De la troisième à la sixième semaine, cette charge est augmentée progressivement pour atteindre 20 % du poids du corps.

Certains paramètres varient selon les professionnels de santé, comme la vitesse d’exécution lors de la descente en squat (phase excentrique), l’utilisation d’une cale sous le talon ou la charge par exemple. Pour un accompagnement adapté, consultez votre médecin ou votre kinésithérapeute qui vous enseignera ces exercices.

Taping et genouillères pour la tendinite rotulienne

En complément du réentrainement musculaire décrit ci-dessus, les méthodes physiques de type taping et les genouillères sont utilisées pour soulager la tendinopathie rotulienne.

  • Le taping utilise des bandes auto-adhésives placées au niveau de l’articulation du genou. Elles permettent de réduire le stress sur le tendon rotulien à son point d’insertion sur la patella(5).
  • Les genouillères, sous la forme d’un bracelet ou d’un manchon qui réduisent la tension du tendon rotulien en modifiant l'angle entre la rotule et le tendon rotulien(4). La genouillère PHYSIOstrap® Sport* d’EPITACT® prévient et soulage les pathologies rotuliennes comme l’arthrose ou la tendinite rotulienne. Ultrafine et légère, elle est spécialement conçue pour offrir un confort et un maintien idéal lors de la pratique sportive.

La chirurgie

La chirurgie est indiquée en cas de tendinite chronique et lorsque les traitements conservateurs n’ont pas ou mal fonctionné après au moins 6 mois(2). Cependant, son indication reste rare en cas de tendinite rotulienne.

Plusieurs techniques chirurgicales existent mais la plus connue reste la ténotomie, qui consiste à retirer la partie lésée du tendon pour qu’un nouveau tissu cicatriciel de bonne qualité le remplace(1). Elle est réalisée à ciel ouvert ou par arthroscopie, de préférence(3).

Cette chirurgie demande un arrêt avec rééducation pendant 8 semaines, après quoi vous pourrez reprendre l’entraînement. Un suivi régulier est également requis pendant un an pour contrôler la bonne évolution de la guérison.

 

Temps de guérison de la tendinite rotulienne

Le temps de guérison d’une tendinite au genou dépend de plusieurs facteurs, notamment du respect des temps de repos nécessaires à la guérison du tendon. En revanche, si vous poursuivez la pratique sportive en taisant vos douleurs, le risque est que l’inflammation s’aggrave et rallonge considérablement le temps de guérison de votre tendinite rotulienne.

Pour résumer ce que nous avons dit plus haut, la tendinite peut guérir en 1 à 2 mois si elle est directement prise en charge au moyen d’un arrêt temporaire de l’activité en cause. Rappelons qu’il convient par la suite de modifier son entrainement ou son équipement pour éviter la récidive ; consultez pour cela votre médecin.

Si les douleurs persistent ou réapparaissent, le médecin peut prescrire un traitement médical (kinésithérapie, injections ou ondes de chocs). S’il ne fonctionne pas au bout de 6 mois environ, la chirurgie peut s’envisager. Dans ce dernier cas de figure, un temps d’arrêt de 2 mois minimum est nécessaire après l’opération avant de pouvoir reprendre ses activités.

Le temps de guérison d’une tendinite au genou peut donc s’étaler sur plusieurs mois, voire plusieurs années. Vous aurez compris que pour diminuer au maximum cette durée, une prise en charge précoce est indispensable.

 

Nous avons balayé le sujet de la tendinite du genou : symptômes, causes, traitements, diagnostic, etc. Si une douleur au genou vous gêne lors de vos entrainements sportifs, consultez votre médecin général ou un médecin du sport. Retrouvez ici plus d’informations sur les solutions offertes par EPITACT® pour soulager les pathologies rotuliennes !

 

*Cette solution est un dispositif médical de classe I qui porte au titre de la règlementation le marquage CE. Lire attentivement la notice d’utilisation. Fabricant : Millet Innovation. 07/2024

 

Sources :

(1)FRITSCHY, Daniel. Tendinopathies autour du genou. In: Schweizerische Zeitschrift für Sportmedizin und Sporttraumatologie, 2004, vol. 52, n° 1, p. 31–35.

(2)Duthon VB, Borloz S. Options thérapeutiques dans la tendinopathie rotulienne. Revue Médicale Suisse. 2012;(8):1486‑9.

(3)Everhart JS, Cole D, Sojka JH, et al. Treatment options for patellar tendinopathy: a systematic review. Arthroscopy 2017;33:861-72. DOI: 10.1016/j.arthro.2016.11.007

(4)Schwartz A, Watson JN, Hutchinson MR. Patellar Tendinopathy. Sports Health. sept 2015;7(5):415‑20.

(5)Sisk D, Fredericson M. Taping, Bracing, and Injection Treatment for Patellofemoral Pain and Patellar Tendinopathy. Curr Rev Musculoskelet Med. 1 août 2020;13(4):537‑44.

Livraison offerte

À partir de 50€ d’achat

fidélité

Rejoignez notre programme

paiement sécurisé

Carte bancaire ou paypal

contactez-nous

Nous vous répondons du lundi au jeudi de 9h - 12h30 et 13h30 - 16h30 et le vendredi 9h - 12h30 et 13h30 - 16h au 04 75 85 01 90.

Abonnez-vous
pour recevoir notre actualité.