Rhizarthrose / arthrose du pouce : personnes à risque



Rhizarthrose / arthrose du pouce  : personnes/facteurs de risques

La rhizarthrose  est l’arthrose  la plus fréquente de la main après celle des articulations interphalangiennes distales. Elle fut décrite pour la première fois par Forestier en 1937. Cette pathologie  touche préférentiellement les femmes et peut entraîner une douleur et une gêne fonctionnelle importante. Mais les hommes peuvent-ils être concernés par la rhizarthrose  ? Dans quels cas la maladie apparaît-elle le plus souvent ?

 

Une pathologie  très féminine…

La rhizarthrose  est une pathologie  articulaire. L’usure du cartilage  entraîne des douleurs puis une déformation du pouce progressive en « M » particulièrement invalidante.

80 à 90 % des cas se manifestent chez la femme post-ménopausée (après 50). 8 à 25 % des femmes de plus de 50 ans seraient concernées. Cette forte prévalence des femmes avec un âge supérieur à 50 ans laisse penser à un impact sur les tissus dans les changements hormonales post-ménopause.

Les hommes peuvent cependant être atteints de rhizarthrose , mais cela ne représenterait que 2 à 5 % des cas et surviendrait chez des sujets de plus de 50 ans(1).

Cette prévalence augmenterait avec l’âge et la perte de force des muscles de l’éminence thénar (muscle de forme arrondie présent sous le pouce, du côté de la paume).

 

Facteurs favorisant la rhizarthrose ou arthrose du pouce

Dans 90 % des cas, cette pathologie  est d’ordre mécanique, c’est-à-dire liée à l’anatomie des articulations. Elle peut survenir suite à des traumatismes ou microtraumatismes, être due à une hypermobilité fonctionnelle ou être induite par une maladie rhumatismale inflammatoire comme la polyarthrite rhumatoïde . Il est également possible que cette pathologie  s’accompagne d’une arthrose  des interphalangiennes distales et/ou générale du corps. Une anomalie lors de la formation osseuse entraînera une mauvaise utilisation de l’articulation  et pourra engendrer une mauvaise répartition des contraintes mécaniques et donc favoriser son apparition(2).

Enfin, il est possible que certaines activités professionnelles où une utilisation de la pince de préhension est fréquente et où des vibrations sont présentes, favoriseraient l’apparition de cette pathologie . En 2000, elle intègre le tableau des troubles musculosquelettiques dans la catégorie « arthrose  distale du membre supérieur ». Cependant, il n’existe actuellement pas de tableau de maladie professionnelle pour la rhizarthrose . La reconnaissance de la rhizarthrose comme maladie professionnelle ne semblerait envisageable que par l’alinéa 4 (Art. L. 461-1, code Sécurité sociale)(3).

causes facteurs aggravants rhizarthrose infographie

Prévenir plutôt que guérir l'arthrose au pouce

L’adage est connu et pourtant encore trop peu appliqué. Des solutions douces permettent de mettre l’articulation  au repos pour apaiser les douleurs et limiter les mouvements favorisant l’usure du cartilage  .

EPITACT® a ainsi mis au point une orthèse souple de jour* pour nous aider intuitivement à éviter les micromouvements traumatisants pour l’articulation  . L’orthèse thermoformable pour rhizarthroses’adapte, quant à elle, parfaitement à l’anatomie de votre poignet pour le maintenir dans une position de repos. Dans le même objectif, EPITACT® a élaboré une orthèse de nuit pour rhizarthroseafin d’apaiser les douleurs.

Ces solutions peuvent être complétées sur ordonnance par des alternatives pharmacologiques pour des cas plus avancés.

 

*Ces solutions sont des dispositifs médicaux de classe I, qui portent au titre de cette réglementation le marquage CE. Lire attentivement la notice avant utilisation. Fabricant : Millet Innovation. 07/2020

 

Sources :

(1)Haara MM, Heliovaara M, Kroger H, et al. Osteoarthritis in the carpometacarpal joint of the thumb. Prevalence and associations with disability and mortality. J Bone Joint Surg Am 2004;86:1425–57.

(2)Chevalier, Xavier, Christian Compaore, Florent Eymard, et René-Marc Flipo. 2012. « Rhizarthrose ». Revue du Rhumatisme Monographies 79 (2): 110‑15.

(3)Rogalev, Leonid, Stéphanie Scarfone, et Alessandro Semere. 2018. « Rhizarthrose ou arthrose  du pouce : une nouvelle maladie professionnelle ? » Archives des Maladies Professionnelles et de l’Environnement 79 (3): 360.

Partager cet article sur

ARTICLES CONNEXES