Mal aux pieds et sports de glisse

tibia malleole epitact

Les douleurs aux pieds dans les chaussures de ski touchent 89 % des skieurs1. Parmi les douleurs renseignées, la douleur à la malléole interne arrive en 3e position derrière les douleurs aux pieds générées par le froid et la douleur du 5e métatarse. Ce conflit entre le pied et/ou le tibia et le chaussant est un véritable problème lors des sorties sportives notamment dans tous les sports de glisse : hockey, roller, patin à glace, snowboard, alpinisme…Si différentes causes expliquent ces douleurs, de précieux conseils permettent de les dissiper et de retrouver le plaisir de la glisse.

 

Les types de douleur dans les chaussures de glisse  

Les chaussures de ski, patins ou rollers sont caractérisées par leur forme montante et une certaine rigidité. Le port répété ou prolongé de ces chaussures de glisse peut entraîner des douleurs. Deux causes expliquent ces sensations pénibles : les compressions ou les frottements.

Si votre pied ou certaines zones de votre pied sont comprimées trop longtemps, vous pouvez alors ressentir des fourmillements ou développer des crampes. Les bords osseux tels que la malléole ou l’os naviculaire (bord interne du pied) constituent des saillies propices aux compressions.

Si votre pied « navigue » dans la chaussure, les frottements répétés irriteront les zones sensibles. Vous pourrez ressentir de vives douleurs liées à l’abrasion de l’épiderme.

Enfin, dans ce type de chaussures, la jambe est en flexion sur le pied et le tibia repose sur la languette. Ces appuis peuvent induire des douleurs s’ils sont excessifs.

Une bonne connaissance de votre architecture plantaire vous aidera à opter pour des chaussures adaptées à votre morphologie.

 

Les causes des douleurs dans les chaussures de ski

Les frottements et compressions subis lors des sports de glisse peuvent avoir deux principales origines : l’inadéquation chaussure/pied ou une chaussette inadaptée.

Le choix de chaussures de ski, de rollers ou de patins à glace implique de considérer plusieurs critères : la morphologie de votre pied, votre pointure, le volume de votre mollet, le type de chaussettes portées et le réglage des chaussures.

 

La morphologie de votre pied

On distingue trois formes de pieds :

  • le pied plat caractérisé par une zone d’appui au sol importante ;
  • le pied physiologique, neutre ;
  • le pied creux caractérisé par une petite surface d’appui au sol et un cou-de-pied prononcé.

Chaque morphologie adopte un fonctionnement qui lui est propre et demande une vigilance particulière lors du choix du chaussant. Par exemple, une personne ayant un pied creux recherchera un chaussant ne comprimant pas trop le dessus du pied.

 

La pointure et la largeur du pied

La cheville étant en flexion dans la chaussure, il est important de bien se renseigner sur sa pointure afin de prendre celle adaptée.

La largeur du pied, quant à elle, se mesure de façon simple en plaçant une règle sous celui-ci.

Ces deux paramètres sont primordiaux lors du choix de la chaussure de ski.

 

Le volume du mollet

Le volume du mollet varie également suivant les individus. La hauteur du collier de la chaussure (partie montante sur le tibia) sera plus ou moins haute et évasée.

 

Les chaussettes portées

Enfin, ne sous-estimons pas le rôle de la chaussette ! Si elle est trop fine, cela créera des espaces « vides » pouvant causer des frottements répétés. Cependant, une chaussette fine limitera les compressions. Au contraire, une chaussette épaisse induira des compressions mais réduira les risques de friction. Certaines chaussettes renforcées sur les zones sensibles sont parfois requises pour lutter contre les zones de conflits, notamment les saillies osseuses.

 

Le réglage des chaussures

Les chaussures de glisse rigides comportent des crochets de fermeture. Les patins à glace sont plus souvent lacés et permettent également un réglage fin.

Un serrage inadapté peut provoquer des compressions nerveuses ou circulaires douloureuses. Cela se traduira notamment par des fourmillements ou crampes dans les pieds.

 

Les moyens pour contrer la douleur

Heureusement, des solutions simples existent pour pallier l’inconfort dans vos chaussures de ski.

EPITACT®, spécialiste du confort du pied, a développé des dispositifs externes qui visent à pallier ces désagréments. Fort de sa maîtrise du silicone, des patchs protecteurs innovants ont été développés. Ils ont pour but de limiter les excès de compressions ou de frottements qui découlent d’une mauvaise adéquation entre le pied et le chaussage.

Le silicone EPITHELIUMTACT® possède plusieurs particularités.

La première est l’auto-adhésivité. Grâce au pouvoir adhésif de cette formule de silicone, le dispositif collera de lui-même sur votre peau. Vous pourrez ainsi retirer vos patchs sans douleur même sur les zones pileuses, et sans trace de colle à enlever !

Deuxièmement, ce silicone offre une meilleure répartition des pressions et limite les hyper-appuis.

La forme des protections malléoles sport et protections tibiales sport présente un recouvrement optimal en regard des zones les plus fréquemment endolories, comme le tibia et les malléoles.   

Et ce n’est pas tout : cette gamme de protections est réutilisable et son pouvoir adhésif ne diminue pas au cours du temps ! Il suffit de laver à l’eau savonneuse la surface siliconée et les propriétés adhésives reviennent à leur état initial.

 

Ainsi, pour toute activité de glisse nécessitant des chaussures contraignantes (ski alpin, snowboard, hockey, alpinisme…), EPITACT® dispose d’une solution adaptée. Diminuer ses douleurs c’est augmenter le plaisir de pratiquer son activité et donc ses performances.

 

Source : questionnaire non publié réalisé par Olivier Garcin sur 869 skieurs , 2015, 4foot.

Partager cet article sur