Définition et évolution de la rhizarthrose



Définition et évolution de la rhizarthrose

Des douleurs vives au pouce vous font penser à l’arthrose  ? Peut-être souffrez-vous de rhizarthrose ... Cette pathologie du pouce est courante, particulièrement chez la femme de plus de 50 ans. Sa gravité évolue avec le temps en plusieurs stades… Focus sur ce phénomène handicapant au quotidien.

Le pouce : une articulation complexe

La rhizarthrose est souvent désignée comme l’arthrose du pouce ou plus précisément de l’articulation trapézo-métacarpienne (ATM). La base du pouce près du poignet est constituée d’un ensemble d’os articulés entre eux : scaphoïde, trapèze et premier métacarpien adossé au trapèze. Cette articulation est ainsi multidirectionnelle. Elle permet de larges mouvements de rotation du pouce ou de circumduction. C’est aussi elle qui rend possible l’opposition entre le pouce et chacun des doigts.

Peu à peu, les mouvements altèrent les cartilages de cette articulation et rendent les mouvements douloureux. Cette usure est souvent bilatérale, c’est-à-dire qu’elle touche les deux mains.

La rhizarthrose  : usure douloureuse de l’articulation

Les parties atteintes peuvent varier selon les personnes : si l’altération concerne l’articulation de l’os du poignet (trapèze) au premier métacarpe (base du pouce) on parlera de rhizarthrose trapézo-métacarpienne. Dans le cas d’une altération de l’articulation du Scaphoïde et de l’os du poignet, on évoquera une rhizarthrose scapho-trapézienne(1).

Lorsque la pathologie s’aggrave, une perte de force lors de la préhension entre le pouce et l’index peut se faire sentir. Les douleurs s’accentuent et le pouce se déforme progressivement jusqu’à adopter une forme de Z, voire de M. Les douleurs s’apaisent alors pour laisser place à l’enraidissement de l’articulation . Cette évolution est très progressive et s’étale toutefois sur une dizaine d’années(2).

En vous informant sur les symptômes de la rhizarthrose , vous pourrez déceler les signes précurseurs et limiter la progression de la pathologie .

Aggravation de la rhizarthrose en 4 stades

Les différents stades de cette pathologie ont été catégorisés par différents théoriciens (3,4,5). Retenons ici la classification de Dell fixant 4 stades à la rhizarthrose (3).

  • Le premier permet un pincement articulaire sans subluxation (déplacement des os de l’articulation ) ou ostéophyte (formation d’un éperon osseux à proximité de l’articulation ).
  • Le second stade implique une faible subluxation encore réductible et une petite ostéophytose.
  • Le stade III témoigne d’une ostéophytose avec pincement majeur de l’interligne et une subluxation importante.
  • Le stade ultime consiste ne la destruction totale de l’interligne avec ostéophytes proéminents, géodes et ankylose trapézo-métacarpienne.

Des solutions pour soulager la rhizarthrose

Toutefois l’aggravation de la pathologie n’a rien d’irrémédiable ! De nombreuses solutions des plus douces aux plus radicales vous permettent d’enrayer le processus. Certaines alternatives sont préventives, d’autres curatives pour apaiser la douleur de la rhizarthrose et d’autres visent à limiter la déformation.

EPITACT® a développé des solutions visant à soulager la douleur de la rhizarthrose et limiter son évolution.

Ainsi, l’orthèse de pouce est conçue pour réduire les risques de déformation et immobiliser le pouce. Thermoformée sur votre poignet, elle épouse parfaitement votre morphologie pour plus de confort.

L’orthèse de pouce de nuit a pour objectif de limiter la douleur pour des nuits plus sereines.

Enfin, l’orthèse souple d’activité pour rhizarthrose a été développée pour soulager les douleurs et vous aider à corriger intuitivement les micromouvements inadéquats.

 

Ces produits sont des dispositifs médicaux de classe I, qui portent au titre de cette réglementation le marquage CE.

Lire attentivement la notice avant utilisation. Fabricant : Millet Innovation. 06/2020

 

  1. Chevalier, Xavier, Christian Compaore, Florent Eymard, et René-Marc Flipo. 2012. « Rhizarthrose ». Revue du Rhumatisme Monographies 79 (2): 11015.
  2. Delcambre B, Bera-Louville A, Guyot-Drouot MH. Osteoarthritis of the fingers and trapeziometacarpal joints. Joint Bone Spine 2001;68:339–47.
  3. Dell PC, Brushart Tm, Smith RJ. Treatment of trapeziometacarpal arthritis: results of resection arthroplasty. J Hand Surg 1978;3:243–9.
  4. Eaton RG, Glickel SZ. Trapeziometacarpal osteoarthrosis staging as a rationale for treatment of trapezo metacarpal osteoarthrosis. Hands Clinics 1987;3:455–69.
  5. Comtet JJ, Garazian A, Fockens W. Definition et classification des rhizarthroses. Etude critique et proposition. Conséquences thérapeutiques. Chir Main 2001;20:5–10.

Partager cet article sur

ARTICLES CONNEXES