Gonarthrose : personnes à risques



Découvrez les personnes les plus sujettes à l'arthrose du genou et les facteurs aggravant la gonarthrose.
Gonarthrose : qui est concerné ?

La gonarthrose est la pathologie articulaire la plus répandue1. Quelles personnes sont les plus touchées ou présentent de véritables risques ? Quels sont les facteurs aggravants l’arthrose du genou ? EPITACT® vous livre quelques informations sur les personnes dites à risques pour mieux vous préserver de l’arthrose du genou.

La gonarthrose  : de quoi s’agit-il ?

L’arthrose est une dégradation du cartilage articulaire du genou souvent liée à son usure naturelle. Cette pathologie peut engendrer des douleurs même au repos. Nous ne sommes pourtant pas tous égaux : certaines personnes développent cette maladie, d’autres non. La qualité du cartilage et de la membrane synoviale semble jouer un rôle prépondérant dans la pathogénèse.

Arthrose du genou : qui est concerné ?

Les personnes ayant subi des traumatismes au genou ou aux membres inférieurs sont plus souvent atteintes de gonarthrose que le reste de la population. Par ailleurs, une blessure à d’autres articulation (cheville, hanche…) peut, par compensation, engendrer une gonarthrose . Parmi ces traumatismes on peut citer une entorse du genou ou encore une fracture. Ces traumatismes pourraient en effet altérer la capacité de régénération du cartilage .

Une sollicitation excessive des articulations lors de gestes répétés durant l’activité professionnelle ou sportive peut contribuer à une gonarthrose . De cette manière, si vous pratiquez régulièrement un loisir impliquant de fréquentes flexions et extensions, vous pourriez faire partie des personnes à risques, plus susceptibles de développer une arthrose du genou que d’autres.

Des facteurs héréditaires peuvent également favoriser le développement ou non de cette pathologie articulaire. La fragilité du cartilage joue, en effet, un rôle comme en cas de polyarthrite rhumatoïde , d’ostéonécrose ou encore de chondrocalcinose.

Plus fréquente à partir de 50 ou 60 ans, la gonarthrose est la pathologie articulaire la plus répandue. L’arthrose du genou toucherait 30 % de la population française entre 65 et 75 ans. L’âge est en effet un facteur favorisant l’arthrose . D’après, l’Inserm, près de 3 % des personnes de moins de 45 ans contractent cette pathologie contre 80 % des plus de 80 ans !

Chez les femmes, la ménopause semble jouer également un rôle dans la fragilité osseuse que les traitements de substitution hormonale ne semblent pas combler2.

Enfin, des désordres métaboliques peuvent également être corrélés à la gonarthrose notamment le diabète et l’obésité.

Quels facteurs aggravent la gonarthrose  ?

La surcharge pondérale est également un facteur aggravant de l’arthrose du genou. En cas d’Indice de Masse Corporel important, l’articulation supporte un poids trop important. Ainsi mise à rude épreuve, des douleurs peuvent apparaître au genou.

La déformation des membres inférieurs favorise l’arthrose , notamment celle du genou. Dans le cas d’un genu varum, les genoux restent distants l’un de l’autre même lorsque les jambes sont serrées. Le centre de gravité du genou étant déplacé vers l’intérieur (varum) la pression augmente sur le compartiment interne de l’articulation fémoro-tibiale et accentue l’usure du cartilage . En cas de genu valgum (jambes en X), l’articulation (compartiment externe) est également soumise à des pressions inadaptées pouvant conduire à de l’arthrose .

Enfin, si le genou présente des dysfonctions anatomiques et biomécaniques, il est possible que la patella ne suive pas un chemin physiologique dans la trochlée fémorale. De ce fait, un conflit articulaire se produit et peut être susceptible d’engendrer une usure du cartilage fémoro-patellaire. Le plus souvent, celle-ci se produit sur le bord latéral et/ou supéro-latéral de la patella .

A ne pas oublier que le genou est une articulation faisant partie d’un tout et une atteinte du pied, de la cheville ou de la hanche peut se répercuter sur son bon fonctionnement.

 

Prévenir l’arthrose  du genou

Afin de limiter les risques et de préserver votre articulation , EPITACT® a conçu une orthèse destinée à protéger et apaiser d’éventuelles douleurs liées à la gonarthrose fémoro-patellaire. La genouillère PHYSIOstrap® Médical*, légère et discrète, se glisse sous les vêtements quotidiennement et pour une longue durée. Ses tendons en silicone élastiques limitent le déjettement de la patella en la guidant pour maintenir l’articulation et limiter les douleurs.

Une version spécialement élaborée pour le sport permet d’allier confort et exercice en toute sérénité. Découvrez la genouillère PHYSIOstrap® Sport* et  la genouillère  PHYSIOstrap® sports de glisse* conçues par EPITACT®.

 

*Ces solutions sont des dispositifs médicaux de classe I, qui portent au titre de cette réglementation le marquage CE. Lire attentivement la notice avant utilisation. Fabricant : Millet Innovation. 10/2020

 

Sources :

1https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/arthrose

2arthrolink.com/fr/maladie/connaitre-l-arthrose /les-facteurs-de-risque

Partager cet article sur

ARTICLES CONNEXES